Le glutamate est un tueur. Lent, mais implacable ! Ses dangers…

Glutamate De nombreuses études tendent à démontrer que le glutamate monosodique (GMS ou MSG), cette simple petite poudre blanche, un exhausteur de goût très largement utilisé dans la cuisine asiatique et qui se cache derrière à peu près 25 noms différents est un poison lent.   Irritant du tube digestif, il déclenche une faim mécanique qui pousse à la consommation.

Voyons cela de plus près

D’abord, on sait, dans le monde de la recherche scientifique, que le glutamate monosodique, administré à des rats à leur naissance, les rend systématiquement obèses et a pour effet de tripler la quantité d’insuline que secrète leur pancréas…  Une découverte très utile pour les scientifiques qui se penchent sur les tests d’études portant sur les régimes amaigrissants ou sur le diabète.  Génétiquement, le rat ou la souris ne sont pas obèses.  Il faut donc en créer l’espèce.

Mets asiatiques

Etant donné l’incroyable succès des buffets chinois (ce genre de pseudo-restaurant où l’on peut se remplir le système digestif jusqu’à l’étouffement de nourriture à saveur asiatique pour un prix dérisoire), on peut présumer que l’obésité répandue de l’Amérique du nord y a probablement une de ses causes.  La raison en est que le glutamate provoque une dépendance qu’on appelle le syndrome du restaurant chinois, dépendance que des grands distributeurs comme Tim Horton, Starbuck et Mac Donald ont bien compris puisqu’ils en ajouteraient même dans leur café !ajinomoto

Quand on jette un œil sur les produits courants d’une épicerie, cet œil pourrait bien s’agrandir jusqu’à sortir de son orbite parce qu’il y en a partout, de ce glutamate : chips assaisonnées, soupes chinoises, sauces de Heinz, nuoc mam, sauces Kraft, ramen, soupes en boîte…  et j’en passe.  Tous ces produits n’inscrivent pas MSG, GMS ou glutamate monosodique, mais protéine végétale hydrolysée, monosodium glutamate, monopotassium glutamate, acide glutamique ou, plus subtile, plus difficile à identifier, caséinate de calcium, maltodextrine, extrait solide de lait, extrait de levure, farine de soja, extrait de malt, levure autolyséegélatine alimentaire, accent, aginomoto, natural meat tenderizer, etc.

Introduit dans l’alimentation américaine il y a plus ou moins 50 ans (en droite ligne venu du Japon où il venait d’être commercialisé), le glutamate est apparu en doses de plus en plus grandes dans les repas préparés, les potages, les collations et la restauration rapide, tous ces auxiliaires de la vie trépidente et surchargée que nous menons dans notre société post-industrielle et de consommation de plus en plus active.  Tous les restaurants de type “fast-food” utilisent généreusement le glutamate parce qu’il pousse les gens à manger davantage.  D’ailleurs, des études ont prouvé que les personnes âgées mangent plus si du glutamate est ajouté à leur nourriture, ce qui peut être un bien pour elle.  Mais qu’en est-il du reste de la population ?

 

Et ce n’est pas un scoop !!!

Google msg obeseLes premières études constatant les effets secondaires du glutamate datent de 1978 ! Les chercheurs scientifiques et les fabricants de produits alimentaires connaissent depuis très longtemps les dégâts que peut causer à notre santé la consommation systématique de glutamate.  Pour vous en convaincre, il vous suffit d’introduire “MSG Obese” sur Google et vous tomberez sur de très nombreux articles et de très nombreuses études médicales sur le sujet…

 

Le glutamate, c’est quoi exactement ?

Un acide aminé faisant fonction de neuro-transmetteur, déjà présent dans le cerveau et qui joue sur les hormones et les neurones.  Il est essentiel dans le processus de mémorisation et d’apprentissage.  Le problème est qu’il y a une différence de structure moléculaire entre le glutamate naturel biologique et la molécule chimique de synthèse, purifiée, qui n’est pas reconnue par le vivant.  Et quand les fabricants nous serinent que le glutamate étant produit par la nature, il ne peut être dangereux, ils nous manipulent : c’est faux ! Ingéré à doses répétitives et régulières, ce produit de synthèse est un poison dangereux, d’autant plus que l’organisme ne peut identifier son goût.  Ceci a pour effet que le consommateur dépasse, sans le savoir, son seuil de tolérance.

 

Comment se manifeste et fonctionne l’empoisonnement ?

Des signes comme les migraines, les pertes de cheveux (surtout chez la femme), la prise de poids rapide, la dépression, les troubles gastro-intestinaux, les irritations dermatologiques, les troubles neurologiques comme la fatigue extrême, la dépression, l’irritabilité, l’anxiété, les crises de panique et même la sciatique, les troubles musculaires, respiratoires et j’en passe !

Même en pharmacie, dans plus de 200 médicaments courants, on trouve du glutamate sous les appellations suivantes :  huile de ricin ou de soja hydrogénée, glutamate de sodium, glutamate monosodique, acétylglutamique acide, arginine glutamate, glutamate calcique, glutamate de magnésium, glutamique acide, antisthène glutamique vitamine C, glutadouze, glutavene

Le glutamate est un acide aminé non essentiel, c’est-à-dire que notre organisme en produit lui-même.  Il est le neurotransmetteur excitateur le plus important du système nerveux central.  Son action est contrebalancée par les effets inhibiteurs du GABA dont il est d’ailleurs, le précurseur principal.  Lorsque l’équilibre est rompu et que la concentration en glutamate atteint un niveau excessif, il peut hyperstimuler les neurones et provoquer leur mort (Wikipedia).

Smile réflexionEn fait, quand notre sang chargé en glutamate vient irriguer notre cerveau, il atteint nos neurones.  A ce moment-là, ceux-ci laissent soudain entrer massivement calcium, sodium, eau, bien au-delà de nos possibilités physiologiques, provoquant une brutale dépolarisation* qui les tue.  En mourant, les neurones relâchent massivement le glutamate qu’ils contiennent.   Celui-ci va alors exciter d’autres neurones, qui meurent à leur tour, et ainsi de suite, par effet boule de neige.

Les doses de glutamate ingérées par les enfants sont parfois si élevées, qu’administrées oralement à un jeune animal, ces mêmes doses entraîneraient la destruction pure et simple du système nerveux central.  Il faut savoir que le cerveau des enfants n’a pas de protection contre le glutamate et son développement intellectuel peut être mis en danger par les influx nerveux incessants que ce produit provoque de façon désordonnée.   Le glutamate peut aussi provoquer la calvitie ou l’acné.  Par ailleurs, un pourcentage élevé des rats de laboratoire nourris au glutamate sont atteints de cécité

*Les cellules sont chargées électriquement d’ions positifs et d’ions négatifs (c’est la polarité) qui se repoussent ou s’attirent.  Le milieu intracellulaire et le milieu extracellulaire sont séparés par une membrane dite plasmique qui contrôle cette polarité et joue un rôle fondamental en termes de fonctions de la cellule.  L’intérieur de la cellule est de charge négative alors que l’extérieur est de charge positive.  La dépolarisation, c’est l’inversion de cette polarité, ce qui est le fonctionnement normal et habituel de l’influx nerveux.  Le problème, c’est que, sur-stimulé, ce processus de polarisation et de dépolarisation finit par ne plus fonctionner…  Le glutamate a donc le même type d’influence sur le fonctionnement neuronal que le sucre sur le fonctionnement du pancréas…   (Pour en savoir plus sur le potentiel d’action des neurones, vous pouvez consulter le « Vulgaris médical« .)

 

Quelques cas troublants : les effets du glutamate ou de ses cousins

Pouce baissédes moules : en décembre 1987, 150 Canadiens ayant consommé des moules cuisinées furent intoxiqués.  4 sont morts, mais surtout, 12 des intoxiqués présentent une amnésie permanente, du même type que celle de la maladie d’Alzheimer.  Les autopsies révélèrent des neurones très abîmés.  Les moules analysées par les services d’hygiène étaient très concentrées en acide domoïque, analogue au glutamate, mais encore plus toxique !moule

Pouce baisséune graine de l’île du Pacifique (Guam) : des habitants de l’île atteints de démence progressive paralysante, présentent des symptômes de sclérose latérale amyotrophique (paralysie progressive et fonte musculaire) et de maladie de Parkinson.  Cette maladie a été mise en évidence chez les singes et on lui attribue comme cause un autre dérivé de l’alanine, le beta-methylamino-alanine.  Cette substance est présente en grande quantité dans une graine qui pousse sur cette île et dont les habitants se sont nourris pendantcycas micronesica la grande famine qui a suivi la 2e Guerre Mondiale…

Pour les sceptiques…

Des chercheurs américains affirment que le glutamate est une bombe moléculaire à retardement en ce sens que l’ingestion d’excito-toxines contenues dans les aliments, pourraient expliquer l’apparition de maladies dégénératives du cerveau, comme Alzheimer, Parkinson, Charcot (sclérose latérale amyotrophique) ou Huntington (troubles mentaux, troubles du caractère, déficit intellectuel et mouvements musculaires involontaires).

D’un point de vue anatomique, on constate d’importantes lésions de noyaux cérébraux (contrôle du mouvement et de l’équilibre) et une atrophie progressive du cortex cérébral ( » matière grise « ). Or, on y a découvert des quantités anormales d’acide quinoléine excito-toxine agissant sur les récepteurs… du glutamate…   Comparé à des sujets témoins, le liquide céphalorachidien de patients atteints de démence de type Alzheimer a révélé être, au début de la maladie, plus concentré en glutamate (excitateur) et moins concentré en taurine (un dérivé d’un autre acide aminé, la cystéine, inhibiteur du cerveau) !

 

Intéressé(e) à pousser plus loin ?

Voici un livre très instructif sur la manière dont l’industrie alimentaire conditionne notre intelligence et notre comportement.

      École en France :                 École au Québec

Vous pouvez aussi regarder cette très intéressante vidéo d’information ci-dessous (sous-titrée en français !) à propos du glutamate ou la visionner directement sur Youtube !

 

 Conclusion ? A vous de l’écrire…

 La mienne ?

« Le glutamate, un tueur lent, mais implacable !  »   Une information à diffuser largement…

Je vous recommande également le livre de Corinne Gouget, Danger, additifs alimentaires, le guide indispensable pour ne plus vous empoisonner, qui vous aidera à lire les étiquettes et détecter les aliments qui contiennent des additifs ou des formes cachées du glutamate et quel est leur niveau de danger.   Ce livre est très bon marché et facile à glisser dans un sac ou une poche.  Il répertorie les additifs sous leur forme nominale européenne (E xxx) et sous leur appellation scientifique.

                École en France             École au Québec

A tous ceux qui apprécient la cuisine asiatique, et plus particulièrement vietnamienne, et qui recherchent un restaurant garantissant une cuisine sans glutamate, je recommande chaudement l’Aname, le Bistrot Vietnamien de Jean-Philippe Thrieu. Il se situe dans le 17ème arrondissement de Paris au 101, rue Nolet (75017). Tout est fait maison et les prix sont très accessibles

Si vous avez vécu des expériences à propose du glutamate, partagez-les : ça nous intéresse ! Il faut que tout le monde sache ce que l’industrie alimentaire nous fait ingérer à notre insu et avec quelles conséquences…

{lang: ‘fr’}

Commentaires (90)

  • MARIE

    Bonjour Isabelle, je viens de découvrir votre article et il est fort intéressant. Pouvez vous m’éclairer sur le lait fermenté dont les ingrédients sont du lait ainsi que des ferments lactiques. Pouvez vous me dire si ce lait fermenté contient du glutamate? Car dans le livre de Corinne Gouget, il est mentionné que des produits fermentés contenaient souvent du glutamate. Est ce le cas du lait fermenté et de certains fromages par exemple? Car j’en consomme pas mal et souhaiterai diminuer ma consommation de glutamate. Merci infiniment pour ce que vous faîtes. J’attends votre réponse avec impatience.

    Répondre
    • admin

      Bonjour Marie,
      Ne vous inquiétez pas pour les produits fermentés. Vérifiez juste qu’ils ne contiennent pas de gélatine ou autre additif. Un bon produit doit contenir du lait et des ferments, éventuellement du sel ou des fruits, bref, des ingrédients que vous pourriez très bien ajouter vous-même.
      Le glutamate dont parle Corinne Gouget, vous le trouverez plutôt dans les produits asiatiques qu’il vaut mieux acheter de source sûre.
      Par contre, ce serait bien de penser à consommer les produits laitiers avec modération, à moins que vous ne les choisissiez que de provenance biologique !
      Bonne continuation et à bientôt !

      Répondre
  • isabelle. K

    comme disait coluche: » il suffirait que ça ne s’achète pas pour que ça ne se vende pas ». pour ma part, j’ai résolu le problème, aucune nourriture industrielle ne rentre chez moi, je cuisine tous les jours, c’est un vrai plaisir, je cultive mes légumes. il y a 1 an et demi, j’ai supprimé le gluten et les produits laitiers, enfin le fromage, je pensais vraiment que je ne pourrais pas vivre sans fromage, depuis, plus aucunes douleurs aux articulations et mes problèmes aux intestins ont disparu. après chacun fait comme il veut, moi, j’ai choisi, et rien ni personne ne me fera changer d’avis, ni les médecins, ni les scientifiques. je fais confiance à mon instinct, je suis mon propre médecin, je connais mon corps, et il y a toujours une plante, ou l’argile pour me soulager. je ne fais pas de prosélytisme, c’est à chacun de voir, mais il impossible de ne pas se rendre compte que tous ces additifs sont nocifs, enfin, cela me semble évident. et j’ai de petits moyens, mais je ne mange que bio.c’est possible

    Répondre
    • admin

      Bonjour Isabelle,
      J’adore votre prise de position. D’abord parce qu’elle est intelligente et basée sur ce qui est notre plus grande force : notre instinct. Et puis, parce qu’elle démontre que la façon dont le monde moderne se soigne est un diktat que nous impose l’économie et que nous ne sommes pas obligés de suivre ! Bravo, vous n’êtes pas seule !!!
      A bientôt…

      Répondre
  • Michel Ilomba Betofe

    Bonjour,
    Pouvez vous me renseigner sur la methode naturelle utiliser dans la phytotherapie, pour redonner la vie aux neurones qui sont morts.
    En attente de votre reaction Mme Bernadette,
    Cordialememt,
    Milo.

    Répondre
    • admin

      Bonjour Michel,
      Quand les neurons sont morts, ils sont morts. On ne peut plus rien faire pour eux…
      Par contre, on peut prévenir la dégénérescence et la mort précoce des neurones en ayant une alimentation saine, variée, faite maison, le plus possible de saison et biologique. Les additifs alimentaires, les pesticides et les engrais sont autant de meurtriers potentiels de nos neurones. Evitons-les au maximum.
      A bientôt !

      Répondre
  • Lila

    Tout d’abord un grand merci Bernadette pour le travail que tu partages, riche et assez complet pour moi …
    Cela m’éclaire vraiment sur ce qui m’est arrivée l’autre soir …
    C’est en cherchant ce qui m’était arrivé suite à un apéritif chez ma voisine avec une bière des chips aux crevettes et des chips aux maïs épicées que je tombe sur ton site qui décris tous les symptômes que tu as énumérées.
    D’abord un brouillard total dans le cerveau qui me donne le tournis, couplé d’une douleur intestinale, d’un mal de tête et la gerbouille … Impossible de me lever tellement j’était mal pendant plusieurs minutes, jusqu’à ce qu’une nausée envahissante s’empare de moi et j’arrive tant bien que mal à me traîner jusqu’aux toilettes pour ne pas vomir dans mon lit … Arrivée à la porte mes jambes se dérobent. Et je me réveille en pleine nuit allongée, la tête sous la cuvette des toilettes avec une grosse bosse sur le front. Je réussie à me mettre à genoux et reste ainsi recroquevillé à genoux la tête sur le sol de la salle de bain…
    Je me traîne je ne sais plus comment jusqu’à mon lit sur mon tapis de fakir je finis par m’endormir …
    Le lendemain j’en fait part à ma voisine qui me dit avoir eut des symptômes similaires mais moins costaud elle n’a pas perdue connaissance …
    Voilou pour mon témoignage, on ne m’y reprendra plus je l’espère, mais ils sont tellement vicieux dans leur programme pour nous empoisonner, que comme dirait Pierre Rahbi , ce n’est plus bon appétit que l’on doit se dire avant de s’alimenter mais Bonne Chance <3

    Encore Merci Bernadette <3

    Big Hug full of Love <3

    Répondre
    • admin

      Bonjour Lila,
      Comment, après de tels témoignages, des gens peuvent-ils encore affirmer que le glutamate est innocent ? Il faut une bien grosse dose de mauvaise volonté ou d’aveuglement. Malheureusement, il s’en trouve beaucoup de ces dénigrements de l’information.
      Merci beaucoup à vous pour ce récit qui dit si bien que le glutamate est dangereux quand il est présent de façon systématique dans l’alimentation.
      A bientôt !

      Répondre
    • Michel Ilomba Betofe

      Bonjour,
      je veux savoir, qu’elle est la methode precauniser dans la phytptherapie pour rendre la vie aux neurones qui sont mortes.
      je reste en attente de votre reponse Mme Bernedethe.
      merci d’avance,
      Michel Ilomba

      Répondre
      • admin

        Bonjour Michel,
        On ne peut pas rescuciter les neurones morts. C’est fini. Par contre, au bout de quelque temps, le cerveau prend la relève et est capable de compenser certaines fonctions perdues.
        Pour l’alimentation, il vous suffit d’introduire le mot « cerveau » dans la zone recherche et vous trouverez quelques articles qui vous informeront des aliments à conseiller pour la santé du cerveau, que ce soit en termes de prévention ou d’entretien.
        A bientôt !

        Répondre
  • Stéphanie

    Bonjour,

    Je suis novice dans ce sujet, je n’ai pas encore tout cernée et du coup, je ne sais pas comment limité ma consommation…

    J’ai bien compris qu’il fallait éviter les plats industriels (et coup de chance pour moi), ça fait un moment que je me prépare mes propres repas et mes propres gâteaux (que je congèle).

    J’ai beaucoup écouté les conférences de Corinne Gouget mais j’ai une question…
    Je viens de découvrir un site pour acheter du miel provenant d’un apiculteur français. Sur son site, il donne la composition de son miel :

    Le miel est essentiellement composé de sucres (78 % à 80 %) qui se répartit grossièrement en fructose (ou lévulose) pour 38 %, glucose (ou dextrose) pour 31 % et pour 31 % restant nous trouverons du maltose, du saccharose et une grande variété de polysaccharides. Le miel contient également environ 17 % d’eau.

    On retrouvera dans le miel une concentration exceptionnelle d’acides aminés : aspartique, glutamique, alanine, arginine, asparagine, cystine, glycine, histidin, isoleucine, leucine, lysine, phénylalanine, proline, sérine, tryptophane, tyrosine, valine

    On retrouve donc des acides aminés aspartique et glutamique. Est-ce normal et naturel? ou devrais-je me méfier?

    J’espère que vous saurez m’éclairer.

    Répondre
    • admin

      Bonjour Stéphanie,
      L’acide glutamique, c’est un des acides aminés naturels qui constituent les protéines. Notre corps en fabrique lui-même. Et le « glutamate » est notre neurotransmetteur « excitateur » le plus important. Pour fonctionner normalement, ce neurotransmetteur est, en quelque sorte, inhibé par le « GABA », un neurotransmetteur dont le rôle est de calmer (il intervient, entre autres, pour réguler l’anxiété). Tant que l’un et l’autre sont en équilibre, tout va bien. Quand la concentration en glutamate est excessive, sa surstimulation des neurones peut tout simplement tuer ceux-ci.
      C’est la raison pour laquelle l’ajout systématique de glutamate dans l’alimentation ne peut qu’avoir des effets désastreux sur notre organisme.
      Ceci dit, Stéphanie, il ne faut pas confondre la présence naturelle d’acide glutamique (comme dans le miel, par exemple) et cet ajout systématique de glutamate (version ionisée de l’acide glutamique) qui provoque, justement, ce déséquilibre mortel pour les neurones.
      On sait que le glutamate joue un rôle dans les fonctions cérébrales d’apprentissage et de mémorisation, mais s’il est trop concentré, il entraîne des effets pathologiques graves, comme le dénonce Corinne Gouget et d’autres.
      Pour le miel, qui est un aliment merveilleux et très riche, choisissez-le biologique, bien sûr, pour éviter les pesticides des fleurs. Mais celui dont vous parlez est certainement tout à fait naturel puisque la composition décrite est bien celle de tous miels, y-compris biologique. Dégustez-le sans crainte du glutamate.
      A bientôt !

      Répondre
  • LATOUR Bruce

    Bonjour Bernadette,
    Je découvre ce jour votre blog et vos « thèses » sur le glutamate.
    Cette question plus générale des dangers pour la santé, amenés par l’alimentation m’intéresse beaucoup depuis quelques temps.
    Certains reportages tv sont d’ailleurs édifiants (élevages poissons, crustacés, viande de cheval antibiotiquée, etc, etc …).
    Ma question simple : Comment déceler les produits ou des cuisines contenant du glutamate de synthèse ? Mon but serait d’éviter au mieux les aliments concernés.
    Je vous invite votre croisade contre la malbouffe avec autant de détermination.
    Bruce

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Bruce,
      Je crois que le meilleur moyen de déceler les ajouts de glutamate ou autre additif alimentaire, c’est de s’abstenir de consommer des plats industriels, quels qu’ils soient. C’est vrai qu’il est parfois plus facile d’acheter un repas tout préparé ou de se rendre dans un restaurant démocratique, mais c’est aussi s’exposer à ces produits qui nous nuisent. Faites le plus possible vos repas maison. C’est vraiment la meilleure protection.
      A bientôt !

      Répondre
    • liam

      Analyse fort partiale malheureusement…
      L’homme est fait pour l’équilibre. Les extrêmes en terme de nourriture aussi tuent… Les asiatiques qui utilisent le glutamate depuis presque un siècle ont une longévité, une santé et une ligne à faire pâlir les occidentaux. Depuis l’apport de Mac do et de la nourriture occidentale, la nouvelle génération asiatique souffre d’obésité mais leur nombre reste infime par rapport à nous.

      Gardez l’esprit critique en toute chose. Merci

      Répondre
      • Bernadette GILBERT

        Bonjour Liam,
        Ce site est un lieu d’échange de points de vue également. Ce que vous dites des Asiatiques est… partial également ! Ils ont découvert l’obésité, les maladies dégénératives effectivement. C’est juste une question de temps ! Et n’oubliez pas qu’ils n’utilisent pas le glutamate dans les mêmes proportions que nous…
        Merci de vous être exprimé et à bientôt !

        Répondre
  • Diane Bouchard

    Merci pour toutes ses informations ,,, et si les  »scientifiques » et les  »grands penseurs » et  »chimistes » de ce monde ne comprennent pas le but de ce blog ,,, c’est bien triste pour eux. Bref, il faut surtout continuer de dénoncer ce qui ne va pas dans ce monde. C’est bizarre, je cuisine des plats chinois à la maison, et personne n’est malade et c’est délicieux même s’il n’y a pas de glutamate.

    Santé Canada ,,, hé bien moi je n’ai pas confiance du tout à leurs avis. Ils autorisent des médicaments ici et ses mêmes médicaments sont interdits dans d’autres pays comme étant extrèmement dangereux (études à l’appuis). Que dire des compteurs intelligents, Santé Canada autorise en disant que ce n’est pas dangereux ,,, pfff! bin oui et puis quoi encore.

    C’est l’argent qui décide de tout dans ce monde malheureusement ,,, et si on ose dénoncer, hé bien voilà qu’arrive des  »spécialistes » hihi pardon mais ça me fait rire.

    Je suis nouvelle ici, je viens de découvrir ce site et je trouve très pertinent et vraiment intéressant tout ce que j’y ai lu jusqu’à maintenant. Et Mme Bernadette vous êtes très diplomate envers les gens qui ne le sont pas avec vous ,,, bravo! Moi, y a des gros mots qui ont passés dans ma tête hihi ,,,

    Au plaisir de vous lire encore et encore et encore

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Diane,
      J’adore votre texte. Il dit si bien la vérité de notre monde actuel. Mais, comme moi, vous avez choisi de faire partie du club très sélect des résistants en bonne santé.
      Santé Canada n’est que le véhicule du pouvoir en place et moi non plus, je ne leur fais pas confiance et me fais ma propre opinion par le bon sens, les recherches et expériences personnelles.
      Que certaines personnes en se retrouvent pas dans ces choix. Tant pis pour eux. Ils ne me font pas d’ombre et c’est pour ça que je reste patiente avec leurs éventuelles attaques. Je ne peux qu’éprouver de l’empathie.
      Contente de vous accueillir parmi nous. Merci pour votre appréciation et à bientôt !

      Répondre
  • Luc Mister NO Stress

    Bonjour Bernadette,
    Je découvre avec plaisir ton article sur le glutamate grâce à des amis qui me l’ont fait parvenir…
    Bravo pour ta notoriété qui augmente !
    J’avais déjà commencé à être sensibilisé sur le sujet, mais ton article me pousse à être vraiment plus attentif à partir de maintenant…
    Merci de ce rappel à l’ordre.
    Prends soin de toi
    Luc Mister No stress
    Luc Mister NO Stress Articles récents..Stress professionnel : Trouvez votre « Triple AAA » !My Profile

    Répondre
    • admin

      Bonjour Jean-Luc,
      En mariant le travail sur l’intérieur, le coeur et les conflits avec une alimentation sensée et raisonnable, on devrait faire un passage sur terre tout à fait honorable, tu ne penses pas ? Moi aussi, j’apprends à être plus attentive à l’autre aspect de moi et de ma nourriture spirituelle.
      Merci et à bientôt !

      Répondre
  • tao

    presque deux milliards de chinois , et plus de 3 milliards d’asiatiques dans le monde. J’en connais pas un qui est mort à cause du glutamate.
    les reccords de longévités se trouvent la plupart en asie.
    Les niveaux intéllectuels des enfants asiatiques sont très haut , la mienne au collège culmine en tête de classe depuis des années. Moi je me porte très bien !
    Je reconnais qu’il faut savoir consommer le glutamate modérément, ce produit non essentiel à l’organisme est responsable de la paralysie du sommeil … une expérience désagréable mais rien de méchant

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Tao,
      Mais on est bien d’accord ! Le problème, en fait, il est double : la quantité et l’intolérance. Dans les deux cas, il faut bien admettre que le glutamate est dangereux.
      Maintenant, l’erreure serait de lui attribuer tous les malheurs. C’est un peu comme les vaccins. La plupart des gens les supportent très bien, certains en sont victimes. Mon objectif en donnant cette information, c’est de prévenir et de dire aux gens que, oui, il y a danger à consommer ces additifs alimentaires. Maintenant, libre à chacun de continuer à en consommer et j’en fais partie (très occasiionnellement, je l’avoue), puisque j’adore la cuisine asiatique et m’invite donc à ses restaurants !). Et je n’ai aucun effet secondaire.
      C’est aussi la même chose pour les sulfites dans les vins, par exemple Même si vous me dites que tous les Français se portent très bien à en boire tous les jours, il s’avère que moi, bien que Française, je me paie un colossal mal de tête avec les vins qui en contiennent beaucoup. Donc, je ne bois que bio et encore ! eux aussi, parce que le Canada l’exige, contiennent des sulfites, mais moins, certains en tous cas… Donc tout est bien question de dosage.
      Les témoignages sont très nombreux qui dénoncent les effets du glutamate. Mais, une fois encore, toute maladie est multifactorielle et l’Asie offre tellement de principes de santé alimentaire (variété impressionnante de légumes et de fruits), de médecines douces (les meilleures du monde) et de philosophie de vie (présente chez tout le monde), que le glutamate devient un détail résorbé par le reste.
      Dans notre monde occidentale, l’alimentation se dégrade gravement et les produits chimiques ne sont pas un avantage, vous ne me ferez jamais croire le contraire !
      Deux conclusions : dans le doute, s’abstenir et mieux vaut prévenir que guérir.
      Merci de votre intervention et à bientôt !

      Répondre
      • Ironie

        Pour ma part, j’en ai fait une overdose en Chine sans en connaître les conséquences.
        durant 3 ans j’ai été malade où que j’aille. restaurants, amis…le glutamate est partout même dans les médicaments. Un jour je suis tombé sur le livre le mensonge alimentaire , et j’ai pu tentée de reprendre une vie normale.. .et j’ai fait mes recherches, cela prend beaucoup de temps, et avant de décréter quoique ce soit il est bon que chacun fasse ses recherches et cela prend du temps car il est intéressant d’être aussi à l’écoute des gens. la problématique c’est que personne ne pense au glutamate lors de différents symptômes. Et pour ceux qui ne sont pas allergiques, il faut savoir que le glutamate se stocke sans pouvoir être éliminé par les voies naturelles, sauf à faire un traitement spécial. cette particularité permet de d’être victime d’Alzheimer de plus en plus tôt, d’avoir des problèmes neurologiques, de mémoire, d’attention, de dépression, d’humeur,..je ne parle par des 80 symptômes autres liés et connus( depuis longtemps) au glutamate et l’asparthame. L’intelligence suprême, n’est pas d’étudier par cœur ou de reproduire ce qui est connu, mais de s’adapter dans un environnement autant que possible naturel en accord avec la nature avec nos évolutions plus ou moins « quantiques ». et ce n’est pas le propre des premiers de la classe.
        Quant aux « x » chinois, tout comme pour ceux qui sont dans l’ignorance par désinformation, ils ne m’ont pas laissée un souvenir envieux bien au contraire. une perte d’identité individuelle qui fait de chacun un clone qui participent à l’enrichissement de certains, et tue la créativité qui appartient à tout individu. Je doute que le monde puisse aller mieux en se laissant gaver de produits chimiques et de raisonnement comme ceux qui suivent. Il faut bien mourir un jour et de quelque chose n’est ce pas ? on est tous allergique à quelque choses ? en tout cas au delà de l’argent il y a bien une volonté de rendre les gens plutôt bêtes et dociles par une consommation irresponsable pour leur santé. Et cela fait vivre beaucoup de monde pour en rendre plus encore malade.
        Certaines interventions donne l’impression que Monsanto c’est infiltré dans la discussion…
        pour info : le roi de Thaïlande a interdit le glutamate dans les écoles !!!

        Consommé au travers des algues et autres le glutamate ne pose aucun problème. Mais la majorité des procédés de production de MSG qui utilise des méthodes naturelles de fermentation, ne doivent pas être au point, ou alors la notion de naturel doit être révisé.
        Cet exhausteur de goût qu’est le glutamate est une perversion à l’échelle internationale.

        Merci à tous ceux qui participent à une prise de conscience, permettant au commun des mortel de se réapproprier, et leur santé, et leur propre pensée.
        Que cette année 2014 soit celle d’une prise de conscience collective dans la joie et la sérénité, rendant le droit à vivre en bonne santé et en harmonie avec soi même et les autres.

        Répondre
        • admin

          Bonjour ‘Ironie’,
          Et bravo pour cette intervention qui dit si bien la tendance actuelle de notre société. Je pense aussi qu’il est indispensable d’informer les gens qui ignorent cette espèce de conspiration du monde de l’argent pour nous rendre dépendants et vulnérables. Mais on ne peut rien contre les personnes qui ne veulent pas savoir, qui se réfugient derrière leur tranche de vie personnelle et se donnent du bon temps à se faire dorloter par la médecine et ceux qui les plaignent…
          La perte de l’identité culturelle est une des plus grave trace de dégénérescence de notre société actuelle. Non qu’il faille à tout prix camper sur nos vieilles coutumes, mais qu’il est indispensable de retrouver notre nature profonde et la profondeur de la nature qui nous entoure.
          Un petit mot sur « naturel ». A ma connaissance, ce mot peut s’apposer sur n’importe quel produit. C’est dire qu’il ne veut plus rien dire… sauf le sens que nous, en conscience, nous lui donnons.
          Merci d’avoir pris le temps de donner ces précisions et je retiens l’information selon laquelle, en Thaïlande, le glutamate est interdit dans les écoles. C’est le moins qu’on devrait faire chez nous, ne serait-ce que dans le doute !!! A bientôt !

          Répondre
    • Benoist

      Bonjour tao,
      premièrement il n’y a pas 2 milliards de chinois mais 1,35 milliard; deuxièmement, l’article indique que le glutamate se trouve dans les plats proposés dans les restaurants chinois « low cost » type buffet à volonté de par le monde, non pas dans les plats cuisinés par les chinois(es) eux-mêmes.

      Répondre
  • Kelly

    En tant que biochimiste, je trouve cette article sensationaliste, doublé d’une rigueur risible (référence zéro) et rempli d’absurdités (aussi vraisemblables puissent-elles être). Mais ce que je déteste par dessus tout, c’est qu’il diabolise cet ingrédient qui est utilisé depuis longtemps, bien avant son isolement par un chimiste japonais. D’ailleurs, il n’est mentionné nul part l’origine du terme MSG ou Umami, ni du professeur, Kikunae Ikeda, qui a isolé cette molécule des algues consommées au Japon. Ces algues, comme il est communément admis, sont excellentes pour la santé (ici le Kombu). Donc le MSG se retrouve naturellement dans beaucoup d’aliments de base et produit de fermentation. Et je voudrais rappeler que la majorité des procédés de production de MSG utilise des méthodes naturelles de fermentation, car il ne fait pas sens de faire de la synthèse chimique qui reviendrait plus cher.

    Il est écrit que le MSG est un acide aminé utilisé comme neurotransmetteur… Renseignez-vous avant d’écrire des inepties. Le MSG n’est pas utilisé comme neurotransmetteur, mais est un précurseur à la synthèse des neurotransmetteurs, mais pas seulement, il sert à plein d’autres choses vitales au bon fonctionnement du corps humain et est plus connus sous le nom d’acide glutamique en biologie. En réalité, le MSG est l’un des acides aminés les plus abondant dans la nature, vous en consommer tous les jours même avec des produits totalement naturel qui sortent tout juste de terre ou d’animaux fraîchement abattus. Il est donc totallement naturelle de consommer du MSG.

    Les gens qui s’affolent et se plaignent des réactions au MSG me font plus rire que cette article. Tout le monde est allergique ou intolérant à quelque chose. Si ces gens étaient intolérant au gluten ou l’alcool, ils diraient qu’ils ne sont pas chanceux, mais pas qu’il faudrait l’interdire. La production de la bière ou du MSG se fait avec une méthode de fermentation analogue. Je voudrais que les gens se rendent compte que la production d’alcool est de la production de métabolites de levures. En d’autres termes, des excrétions de levures, l’équivalent des excréments animals, la matière fécale, le caca quoi… Ces gens qui ont des problèmes avec le MSG, et il y en a inévitablement, qu’ils arrêtent d’en manger mais pas qu’ils militent contre une chose dont ils n’ont aucune idée de ce que c’est et se repose sur un article hautement non-objectif qui n’expose que des faits purement anecdotiques (pour en faire des tonnes qui plus est). Et juste parce que ce composé naturel (pour ne pas dire bio) a un nom scientifique, tout le monde panique! Sachez que tout est question de quantité et que même l’eau possède sa dose léthale.

    Un exemple de rigueur journalistique: La cuisine CHINOISE blablabla, donc les obèses aux USA blablabla. Et les chinois dans tout ça, les vrais personnes concernées? La Chine n’est pas un pays riche, mais il faut quand même le vouloir pour mourir de faim, mais pourtant les chinois ne sont pas gros comme les américains. Certes, l’espérance de vie y est moindre, mais je peux vous assurer qu’il y a d’autres facteurs que le MSG.

    Bref, je pourrai passer des heures à relever les erreurs et aburdités de cet article pour le discréditer. Je déplore la crédulité des gens. Ils n’en savent pas assez pour relever ce qu’une personne spécialisée peut voir mais ce n’est pas grave ça. Ce qui est grave c’est qu’ils en tirent des conclusions et militent dans l’ignorance, l’auteur de cet article le premier. Ce genre de propagande et de désinformation est triste et ne devrait pas exister, aussi louables que les motivations puissent être.

    Répondre
    • Kelly

      Je voudrais préciser. Chacun de nous consomme bien plus de MSG dans les aliments de base qu’il n’en faut pour assaisoner les plat eux-même.

      Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Kelly,
      Je vous remercie d’avoir pris le temps d’exprimer votre point de vue. Il est celui d’une scientifique et nos lectures ne sont pas les mêmes. Vous me laissez à penser que le monde est décidément divisé en deux : d’une part les scientifiques, les médecins, les chercheurs, les biologistes, les chimistes, etc. Ceux qui savent. De l’autre côté, la population qui, quand elle émet un point de vue différent, est dans l’ignorance.
      Je vous garantis bien que j’aimerais pouvoir vous faire confiance, croire à l’innoncence des produits que l’alimentation moderne multiplie à l’envi. Pourtant, je rencontre de plus en plus de scientifiques, de médecins, surtout, qui dénoncent les discours rassurants tels que le vôtre.
      Si le glutamate est en effet une substance naturellement présente dans certains aliments, il n’en demeure pas moins que son ajout systématique dans les productions industrielles en fait un produit dangereux. C’est un peu, si je peux me permettre la comparaison, comme l’huile de palme. Ou, mieux, comme le gluten des céréales. On en a toujours consommé, mais il est maintenant 5 à 6 fois plus abondant et ses effets sur la santé sont encore méconnus ou plutôt peu reconnus. Ou comme le lait. Le problème n’est pas d’en boire, mais de constater l’augmentation phénoménale de sa production, de se poser la question des moyens de cette augmentation et de la prolifération des produits qui en découlent.

      Je suis parfaitement consciente que mes informations peuvent être remises en question. Mon objectif est de relayer une autre lecture que celle de l’industrie agro-alimentaire ou pharmaceutique. Cette approche ne plaît pas toujours… Votre façon de m’exprimer votre point de vue m’a semblé virulente et peu nuancée. Je le regrette, nous aurions pu instaurer un vrai débat qui aurait été intéressant. Avez-vous lu les autres commentaires, les témoignages ? Je ne pense pas…

      Le glutamate utilisé en cuisine industrielle est un fléau et vos arguments en sa faveur ne m’ont pas convaincue. Je n’ai pas la prétention d’être journaliste et si je manque de rigueur dans mes informations, vous m’en voyez désolée. Mon objectif est de proposer à mes lecteurs un maximum de moyens pour protéger leur santé. Si le GMS est inoffensif, tant mieux ! Si non, ce que je crois, alors évitons-le. Et dans le doute, parce que, contrairement à vous, je n’ai aucune certitude, je préfère m’abstenir.

      Merci encore et à bientôt peut-être, si mes recettes, elles, ne vous choquent pas et peuvent vous apporter quelque chose…

      Répondre
    • jc

      kelly je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il faut des informations fiables.
      seulement sur ce point je m’explique.

      par contre tout réfuter en bloc ou dire « tu n’es pas spécialiste » ou « tes propos sont erronés » ça ne permet pas d’avancer.
      en tout cas pas sous ces termes.

      or j’ai découvert par hasard cette molécule sur le site de france acouphènes et qui fait part de récentes recherches en ce sens, de surcroît en france. c’est un espoir pour… des milliers de personnes comme moi.
      forcément c’est nouveau donc il n’y a probablement pas encore de thèse. malgré tout je crois que c’est inutile de couper cet élan porteur d’espoir.

      avant il n’y avait rien. problèmes musculo-squelettiques, surdité, acouphènes, céphalées , fatigue et j’en passe. c’est ce que je subis depuis des années sans autre réponse que « il faut faire avec ». ne serait-ce que ce sifflement qui dure depuis plus de 30 ans et qui ne s’est jamais arrêté ce n’est pas de l’invention personne ne pourra me dire que je cherche de meilleures conditions de vie.

      or peut être que bernadette n’est pas une grande spécialiste. mais elle a au moins le mérite de parler d’une avancée probable pour les années qui viennent.
      juste un espoir d’estomper (au moins un peu) des troubles relativement importants qui n’ont pour l’instant jamais trouvé de solution… ni de début de réponse.

      tout ce que j’espère c’est que les choses avancent. et dans le bon sens

      Répondre
      • Bernadette GILBERT

        Bonjour !
        Merci pour cette intervention courageuse et franche !
        Vous savez, c’est bien tout le problème de notre société actuelle : seuls les spécialistes savent. Or, il se fait que, savemment, depuis des années, le pouvoir en place, motivé essentiellement par le rendement et la richesse, a installé le doute et la peur en nous faisant croire que nous étions ignorants. Bien sur, les arguements de Kelly sont excellents en soi, mais à partir du moment où ils viennent d’une « spécialiste », ils auraient le droit d’évincer tous les autres sons de cloche ? Nos grands-mères n’avaient pas des connaissances universitaires en matière de santé et, pourtant, elles savaient soigner et éviter toutes sortes de maladies.
        Les témoignages à propos du glutamate et les expériences vécues par des milliers de personne qui surveille sérieusement leur alimentation n’ont-ils pas autant le droit de cité que l’expression des « spécialistes » ?
        Si je souffre d’une maladie et qu’un « truc » quelconque me guérit mieux qu’un antibiotique ou autre médicament, n’ai-je pas le droit de l’utiliser et d’en informer mes lecteurs. Il semble que, de plus en plus, ce soit le cas et qu’au nom de la science, on soit muselé !
        Alors, du bas de mon ignorance scientifique, je proclame haut et fort : non aux ajouts de glutamate dans les aliments, non à l’huile de palme industrielle, non aux pesticides, aux colorants, aux additifs alimentaires, aux vaccins, etc.
        Par contre, je remercie Kelly une fois encore pour les informations complémentaires qu’elle apporte ! Elle a très avantageusement enrichi l’article et je dis cela en toute sincérité. Les gens peuvent maintenant faire leur choix en connaissance de cause.
        Jc, est-ce que je peux me permettre de vous demander de quelle nature est ce sifflement et s’il correspond à un bruit que vous entendiez régulièrement, il y a 30 ans, avant l’apparition de ces acouphènes ? En trouvant un sens à ces sifflements, on peut, quelquefois, s’en débarrasser…
        Merci encore et à bientôt !

        Répondre
    • xyz

      @ Kelly Biochimiste,

      Je cherchais des informations sur les méfaits/ bienfaits potentiels de la consommation de nuoc mam ( car je cherche à limiter ma consommation de sel) et je tombe sur l’article  » méfiance Glutamate » et par la suite, sur votre commentaire.
      Merci pour votre participation à cette discussion, très intéressant et éclairant pour la profane que je suis!
      On peut continuer à se demander « Qui a tort ? Qui a raison? « , donc je crois que je vais m’en tenir à un précepte tout simple et très ancien:` » Que ton aliment soit ton médicament »
      - mélangé à un peu de:  » viser la qualité et non la quantité »
      - et j’ajoute un chouïa de:  » là où y’a de la gêne , y’a pas de plaisir »

      Autrement dit, oui au resto chinois et au glutamate A PETITE DOSE, au bon vin bio A PETITE DOSE, aux petits plaisirs quotidiens,variés et…si possible partagés.

      Répondre
    • empoisonnée

      Mieux que tout un tas de discourt, j’apporte ici la preuve que le glutamate est dangereux.
      J’ai souffert plus de 5 ans et ai subi tout un tas d’examens, j’ai m^me été hospitalisées pour connaitre la cause de mes maux multiples : douleurs atroces d’estomac, d’horribles maux de tête, douleurs thoracique, dos épaule et sous clavicule, maux d’intestins, douleurs musculaires,articulaires aux doigts, démangeaisons, gros problèmes de concentration, de mémoire, un état de faiblesse incroyable, engourdissement du visage, des mains, et à la fin difficultés à marcher . Je me sentais empoisonnée.
      Tous les examens médicaux se sont avérés négatifs, ils en ont conclu : FIBROMYALGIE et dépression mais je n’y ai pas cru et j’ai continué à chercher seule.
      Les médecins m’ont abandonnée. Ils me disaient d’apprendre à vivre avec mes douleurs !!!

      Donc en dernier recours j’ai été voir une nutritionniste et là, elle a ENFIN trouvé : LE GLUTAMATE, je m’en servais tous les jours et en mettais partout (knorr en poudre ou liquide, bouillon cubes).

      En 2 jours, après arrêt total, je me suis sentie revivre de jour en jour.
      Une question me taraude : comment se fait-il que tous ces médecins n’aient pas fait le lien avec un produit ingéré ??? gastroentérologue, médecine interne, rhumatologue … et généraliste.

      J’ai perdu mon job, mes amies et des années … merci le glutamate !

      Répondre
      • Bernadette GILBERT

        Bonjour !
        La raison pour laquelle la médecine conventionnelle ne réagit pas au glutamate est de deux ordres : d’abord, les médecins ont très peu de formation à la nutrition et ont donc tendance à ignorer ce facteur de maladie. Enfin, heureusement, de moins en moins…
        Le deuxième facteur, c’est que tout le monde, loin de là, n’est pas sensible au glutamate. Certaines personnes semblent pouvoir en consommer régulièrement sans effet secondaire. Du moins à court terme. Personnellement, j’ai fait le choix de ne pas en consommer pour éviter de détériorer mon système et de développer une intolérance dont j’aurais du mal à trouver l’origine.
        Le bon réflexe est donc bien de consulter en médecine douce également !
        Merci pour ce témoignage et à bientôt !

        Répondre
  • Samoto

    Comme lamere, quand je mange un met contenant trop de GLUTAMATE, j’ai des maux de tête carabinées qui se manifestent vers la fin du repas, au restaurant. Me sentant intoxiqué, je cours à la toilette pour provoquer le vomissement pour que le poison restant sorti n’y passe pas dans mon sang. J’ai préparé un met et à la fin, je l’ai séparé en deux dont j’ai mis du GLUTAMATE dans un des deux plats avec décorations differentes. Test à l’aveugle avec mes invités que je n’avais pas mis au courant. Les reponses sont mitigées, donc pas de différence. Ça se passe entre les deux oreilles du cuisinier seulement qui croit aux histoires de grand’mères. Refaites mon test s’il vous plaît auprès de vos invités. Merci.

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Samoto,
      Votre histoire ne dit pas si vous avez fait le test sur vous aussi. Ce serait le meilleur test…
      Il faut savoir que tout le monde ne réagit pas immédiatement à l’absorption du glutamate. Par contre, le simple fait qu’il y en ait un peu partout peut provoquer des dommages à long terme et de façon très insidieuse.
      Donc, le mieux est de s’abstenir d’en consommer.
      A bientôt !
      Bernadette GILBERT Articles récents..Glace ou sorbet framboises et myrtilles/bleuets (vegan)My Profile

      Répondre
  • Emilie S

    C’est peu crédible de ne pas citer d’études scientifiques fiables corroborant ses dires… voici deux sites Internet fiables qui affirment le contraire de ce que vous dites :
    - http://www.extenso.org/article/le-glutamate-monosodique-gms-presente-un-danger-pour-le-consommateur/
    - http://www.eufic.org/article/fr/artid/glutamate-monosodique/

    Il est bon de rester modéré quand on affirme que quelque chose est complètement mauvais.

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Emilie,
      Les deux articles que vous proposez sont très intéressants. Le premier, est inspiré de Santé Canada, un organisme gouvernemental de très grande qualité, mais je ne lui accorde pas un crédit total dans la mesure où cet organisme est gouvernemental et donc pas tout à fait indépendant de la pression des lobbyings pharmaceutiques et agro-alimentaires ! Même si les personnes qui travaillent aux recherches sont de bonne foi et honnêtes, j’émets des doutes quant à leur indépendance scientifique. D’ailleurs, cet article n’est pas si affirmatif que ça quant à l’innocence du glutamate ! Je vous invite à le relire…
      Quant à l’article d’Eufic, une autre association très sérieuse, je vous rappelle qu’il s’agit du Conseil européen de l’information alimentaire et qu’il est soutenu par des membres de l’industrie européenne des aliments et des boissons ainsi que par la Commission européenne (Wikipedia)… Cette appartenance me fait émettre les mêmes doutes.
      Vous savez, c’est bien l’objectif des instances officielles que de nous informer dans le sens de la mouvance économique. Mais on peut quand même réaliser une chose simple : les personnes qui cherchent à « innocenter » le glutamate ont un mobile : le facteur économique. Quel serait, en revanche, le mobile de tous ceux qui dénoncent ses méfaits ? A part informer…
      Je fais référence, dans l’article, à quelques ouvrages de personnes qui ont passé leur vie à dénoncer les mensonges alimentaires. Je les crois tout aussi, et bien plus, crédibles que ceux qui ont une audience officielle et s’appuient sur des études dont l’indépendance est un peu douteuse.
      Mais, je le dis souvent : tout est une question de choix et je respecte le vôtre. A bientôt !

      Répondre
  • Jaimie

    Pourquoi perdre vos compétences en écriture sur le blog alors que vous pourriez écrire des livres sur le sujet ? Pensez-y. Vous êtes très bon dans ce que vous faites.

    Répondre
  • Fred Devin

    Les Café de Mcdo et de Tim Hortons ne contienne AUCUN GMS.

    Merci de ne pas écrire sans sources sa enlève énormément de crédibilité.

    Répondre
  • samuel

    bjr,
    je voulais savoir si le A oryzae, qui se décompose en glutaminase est dangereux pour la santé?
    Merci pour votre article.

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Samuel,
      Selon moi, mais je ne suis pas microbiologiste, l’aspergillus oryzae, en quantité raisonnable, ne présente pas d’inconvénients pour la santé. C’est en tous cas lui que les Japonais utilisent pour leur miso, leur sake et d’autres fermentations. Comme tout, l’excès ou la déformation des produits, ainsi que la confusion des genres (l’aspergillus oryzae a de nombreux cousins) peut mener à des problèmes. Mais aux doses contenues dans les aliments, il n’est pas dangereux. A bientôt !
      Bernadette GILBERT Articles récents..Tajine de tofu aux fruits secsMy Profile

      Répondre
  • Stéphanie Graziani

    Bonjour,

    Merci pour cet article intéressant. De fait, je me pose une question, par quoi pourrait-on remplacer cet ingrédient?

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Stéphanie,
      Votre question est bien légitime. Mais n’oubliez pas que nous possédons une foule d’épices et d’arômes naturels qu’il nous faut redécouvrir pour parfumer nos plats. Le sel -qu’on choisira sain comme la Fleur de sel de Guérande ou le sel rose de l’Himalaya- sont des exhausteurs de goût. Pensez aussi aux fines herbes, aux cubes de bouillon bio, au tamari, au miso et à tous ces produits qui, en plus de rehausser nos plats, enrichissent notre nutrition !
      A bientôt !
      Bernadette GILBERT Articles récents..Tajine de tofu aux fruits secsMy Profile

      Répondre
      • Margreet

        Il y a d’extrait de levure dans les cubes de bouillon bio. Mais comme ils sont bio, est-ce que cet extrait de levure n’est pas mauvais?

        Répondre
        • Bernadette GILBERT

          Bonjour Margreet,
          En principe, l’extrait de levure est en fait de la levure inactive, un additif alimentaire utilisé pour ses propriété gustatives. On peut donc supposer que, dans les cubes de bouillon bio, il s’agisse réellement de levure et non d’un terme qui cache le glutamate. Par contre, celui-ci peut se former naturellement lorsque l’acide glutamique libre de la levure s’attache au sodium.
          Si on veut se prémunir totalement de l’ajout de glutamate, il faut impérativement trouver des cubes de bouillon qui ne contiennent pas d’extrait de levure ! Par contre, si on est seulement intolérant, il suffit de tester les cubes et d’observer nos réactions.
          A bientôt !

          Répondre
  • charlotte

    Bonjour Bernadette,

    Excellent ton article sur le glutamate, j’avais écrit un article dans le même style l’année dernière, mais mon blog a été attaqué par des virus, j’ai été obligé de recommencer en Avril. J’ai tout perdu. aujourd’hui je fais un article sur les poisons cachés, je met un lien vers ton article, il est tres clair. les consommateurs ne se méfient pas assez et ne connaissent pas ce danger réel, mais caché.

    Merci pour cette mise en garde percutante.

    Charlotte
    charlotte Articles récents..Noix du Brésil ! Ses Bienfaits ! Ses vertus ! Comment nous protège-t-elle ?My Profile

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Charlotte,
      Je trouve que ton idée de faire un article sur les poisons cachés est excellente. Elle est même nécessaire et je te remercie d’avance pour le lien. Notre société nous fait ingurgiter n’importe quoi et beaucoup de gens ne savent pas comment se protéger, de quoi se méfier. Le travail de Corinne Gouget à cet égard est déjà énorme et elle mérite notre soutien.
      Tu verras sans doute que ton article aura de nombreux visiteurs parce qu’ils sont de plus en plus nombreux ceux qui cherchent à connaître la vérité sur ce qu’ils mangent. Préviens-moi quand tu le publieras, j’en ajouterai également le lien dans cet article-ci, pour complément d’information.
      Merci et à bientôt !
      Bernadette GILBERT Articles récents..Pain sans gluten (machine à pain)My Profile

      Répondre
  • Annette Fibule

    Par pitié, un demi gramme de crédibilité scientifique !
    Des références d’études !

    Je suis quelqu’un de plutôt opposé à l’industrialisation de l’alimentation (OGM, additifs tout ça), mais en tant que biologiste votre article me choque.

    Le glutamate est un neurotransmetteur, oui. Du coup si on met tout le glutamate qu’on mange dans les synapses de nos neurones, on meurt. Mais pour cela il faudrait qu’il passe la barrière hémato-encéphalique et qu’il aille par magie jusque dans les synapses. Et que ce mécanisme soit spécifique au glutamate d’origine industrielle, puisque le glutamate en tant que tel est un acide aminé, un constituant de base des protéine, et qu’on en sécrète nous même.

    Je cherchais des renseignements sur la toxicité de ce produit avant d’acheter des ramen, et la mauvaise foi manifeste de votre article (ou peut-être est-ce simplement de la bêtise) vient de me convaincre : je vais de ce pas en remplir mes placards.

    Bisous.

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Anne,
      Merci d’avoir donné votre point de vue, intéressant et personnel. Que vous n’accordiez pas de crédit à mon étude est tout à fait respectable. Je comprends mal, cependant, que vous qualifiiez de « mauvaise foi » cet article parce qu’il est le fruit de bien des lectures et des recoupements d’informations. Aucun de mes articles ne prétend ni à la perfection ni à la démonstration scientifique. D’autres s’en chargent et sont qualifiés pour le faire.
      La toxicité du glutamate est une certitude pour certains et, s’il m’arrivait d’en douter, je choisirais plutôt la méfiance que la réaction radicale d’en remplir mes armoires…
      Quant à mon éventuelle bêtise, je l’accepte aussi comme étant l’expression de votre lecture. Mon but n’est pas non plus l’étalage d’un quelconque savoir. J’informe le plus justement possible sans être à l’abri des erreurs et je donne mon point de vue en exposant mes choix de vie. Ni plus ni moins.
      J’espère que vous saurez faire la part des choses et revenir nous visiter. Vous êtes très bienvenue.
      Bernadette GILBERT Articles récents..Délice de gingembre, thé vert, miel et mandarineMy Profile

      Répondre
    • Lamer

      Je ne suis en rien scientifique, mais je voudrais juste apporter mon expérience personnelle. En 1986, j’habitais dans le 13e arrondissement de Paris (quartier chinois), et déjeunais très souvent dans les restaurants du quartier. J’étais régulièrement atteint de migraines épouvantables et de rashes cutanés, et avais remarqué que ces symptomes suivaient systématiquement les repas pris dans les restaurants asiatiques (quelque soit le restaurant), mais plus fréquement quand je prenais des plats en sauce.. Ces symptomes ont disparu à mon départ pour les antilles. En 1992 j’ai émigré aux Etats Unis, et nous avons rapidement pris l’habitude de nous faire livrer de la nouriture chinois à domicile. Même topo, migraines plus rashes cutanés. Notre médecin à rapidement diagnostiqué une intolérance au glutamalte de sodium. Dès que nous avons céssé de consommer de la nouriture en contenant, disparition des symptomes. Depuis, je vis à nouveau en France, et dès que je déjeune dans un des restaurants de l’entreprise pour laquele je travaille, re-belote dès lors que je prends un plat en sauce, sauf que mon médecin Français ne connait pas cette réaction, et m’a regardé comme un Alien quand je lui en ai parlé. Je me prépare mes repas à la maison et mange dans mon bureau dorénavant.

      Répondre
      • Bernadette GILBERT

        Bonjour Lamer,
        Merci pour cet partage d’expérience qui n’est rien d’autre qu’une démonstration des effets du glutamate ! Ce que je trouve à la fois drôle et pitoyable, c’est l’ignorance du médecin français de ce phénomène. On en parle quand même depuis longtemps maintenant et Corinne Gouget mène un débat médiatique animé et reconnu dont je trouve étonnant qu’il ne le connaisse pas !
        En réalité, vous mettez le doigt sur un problème bien français : c’est de se couper des informations internationales qui nous éviteraient pourtant bien des erreurs futures. C’est un peu la même chose en matière d’autisme où les psychiatres français font encore l’éloge de Bruno Bettleheim…
        Merci encore et à bientôt !

        Répondre
  • lreyre

    bonjour je viens de trouver votre site par hasard et je suis contente de l avoir trouver car j ai souvent parler du glutamate au médecin que j allais voir car mal de ventre et désagrément digestive qui fait courir au toilette alors j ai été très contente de savoir qu’il y avait des gens qui pouvais pensé comme moi à se sujet donc je me suis dite j avais raison le glutamate n est pas bon pour la santé il est partout quand t on a des petits moyens pour manger, et je préfèrai acheter bio du moins le vrai, car les marques des grande surfaces il y mette aussi des produit dedans j évite tant bien que mal le glutamate et les produit chimique mais tant que mes moyens seront juste je ne pourrais acheter bio ou avoir un jardin qui serai encore mieux
    j achèterai les livres d ailleurs car j en est assez d être malade et que l’on me dise que j ai le syndrome du colon eritable qui est peut t’ être du au produit chimique peut être je dit bien voilà merci
    bien a vous et continuer à informer car nous avons tous le droit de savoir, il s’agit de notre corps et donc de pas laisser l ‘agroalimentaire nous intoxiquer merci

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Ireyre,
      Votre médecin n’est pas formé à la nutrition. Il en existe cependant de plus en plus qui s’y intéressent et ce serait peut-être bien que vous vous tourniez vers l’un d’eux !
      Pour ce qui est du glutamate, il vous suffit d’apprendre à lire les étiquettes. C’est pourquoi, je vous recommande d’acheter le livre de Corinne Gouget, très léger à mettre dans un sac quand on fait ses achats de nourriture !
      Quant aux autres produits chimiques et à votre colon irritable, vous pouvez aussi envisager de recourir au régime hypotoxique si efficace pour retrouver un confort de vie normal !
      Vous avez raison d’être en colère et de réagir. Il n’est pas toujours nécessaire de faire de grands changements ni d’investir des sommes folles pour être en bonne santé ou retrouver celle-ci. Il suffit de quelques mesures de bon sens, de retour à des préparations naturelles et maison. Restez sur ce site et vous y trouverez beaucoup d’idées pour vous aider.
      Allez, courage ! Vous n’êtes pas seule. A bientôt !
      Bernadette GILBERT Articles récents..Granola de sarrasin aux noix santé et maisonMy Profile

      Répondre
  • Luna

    Le glutamate est une vraie cochonnerie c’est indéniable. Et je ne comprends pas pourquoi il n’est toujours pas interdits ! Je ne vais presque plus dans les restaurants chinois à cause de cela entre autre. Alors que j’adore la cuisine chinoise. Dans la cuisine vietnamienne est-il aussi utilisé ? A bientôt à nouveau sur votre blog.
    Luna Articles récents..Vous cherchez un restaurant de groupe sur Lyon ? Rendez vous sur le site suivant : exclusive-restaurants.com!My Profile

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Luna,
      Vous avez raison : on devrait interdire cette substance. Mais à nouveau, les intérêts commerciaux sont trop importants. C’est toute la cuisine asiatique qui est concernée. Mais si vous avez la chance d’habiter en région parisienne, allez chez Jean-Philippe Thrieu, au bistrot vietnamien, Aname, 101, rue Nolet dans le 17e : sa cuisine est garantie sans glutamate et c’est un vrai régal à prix abordable !
      Merci et à bientôt !
      Bernadette GILBERT Articles récents..Granola de sarrasin aux noix santé et maisonMy Profile

      Répondre
  • Jean-Philippe Trieu

    Je me suis permis de mettre sur notre site le lien avec votre article afin que les gens comprennent les effets de cet ingrédient.

    Bien a vous

    JPT

    Répondre
  • farah

    bonjour,je viens vous livrer mon temoignage car ce qui se passe est tres grave ,mon mari est decede le 1er nov a la suite d une maladie SLA qui detruit les motoneurones ,maladie terrible et sans traitement D apres les neuroloques il y a un gene responsable mais dans 90%des cas c est sporadique ,alors pourquoi mon mari la eu a 46 ans et est mort 2ans après ,moi je dis qu il faut arreter de nous laisser intoxiquer par les glutamates, les additifs et les produits chimiques .le corps ne les reconnait pas et reagit ,et si ça dérange certains que vous vous attaquiez aux intouchables (industries agro alimentaires ,gouvernement …..)qu ils soient certains que de plus en plus de personnes se dresseront contre eux ,au vu de la recrudescence des maladies bravo continuez et passons au naturel pour sauver nos enfants….

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Merci Farah pour ce terrible témoignage. Nous n’avons plus le choix, je pense. Nous devons nous battre et revendiquer le droit à une information honnête. L’industrie est un lobby financier qui défend son bout de gras et envahit nos vies. Il nous reste le droit de contester, de refuser et de dénoncer. A chacun sa conscience et la nôtre nous dit de ne pas baisser les bras.
      A bientôt !
      Bernadette GILBERT Articles récents..5 aliments clés pour faire baisser la glycémieMy Profile

      Répondre
  • Mireille

    Bonjour ,
    Je découvre votre site et je suis tout à fait d’accord au sujet du danger des GMS !
    Pour compléter cet article vous pouvez lire ce livre : « Additifs alimentaires Danger – Petit guide pour ne plus vous empoisonner . » , auteur : Corinne GOUGET – Editions Chariot d’Or . En résumé il vaut mieux cuisiner sois-même ses repas pour rester en bonne santé et en plus cela coûte moins cher !

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Mireille et merci pour cette information.
      Je parle du livre de Corinne Gouget dans mon article sur l’aspartame, autre menace pour notre santé. Mais vous avez raison : c’est une perle et je l’ajoute aussitôt à la fin de l’article pour que chacune et chacun puisse se le procurer facilement.
      Par ailleurs, vous avez parfaitement raison en affirmant qu’il vaut mieux préparer soi-même ses repas, et pour notre santé et pour notre portefeuille.
      C’est tout l’objectif de ce site que d’apprendre ou de retrouver les bons gestes d’une cuisine familiale, saine, équilibrée et santé.
      A bientôt !
      Bernadette GILBERT Articles récents..Comment j’ai guéri mon addiction au sucre : en décodant ses causesMy Profile

      Répondre
  • Vero

    Je suis de celles qui sont sensible a cette « chose » Pour ma part ca ne date pas d’hier. Bébé je ne digérais pas le lait maternel. Enfant, les mets chinois ne restaient pas. J’étais malade a chaque fois ou j’en consomais. J’ai eu droit a quelques années de répis et voila que ca repart. Depuis juillet aussitot que je mange des sushis je suis malade.
    Compte tenu que j’en ai mangé dans plusieurs resto et avec d’autres gens qui n’ont pas été malade, c’est la reaction qui a surgit. TEst d’allergie et tout et rien..
    CAfé tim Horton, pas capable, starbuck non plus, chinois, sushis et plusieurs marinade ne passe pas. S’il a des sceptiques je suis la preuve que c’est possible d’y réagir. Ce n’est pas toujours de la meme facon et il faut savoir dans quoi il en a pour pouvoir prévenir.
    Je pese 100 lbs mesure 5 pied 1 et je perds 5 à 10 lbs chaque fois ou je suis malade. Certaines en serait contente, mais je n’ai pas de 5-10 lbs de trop alors chaque fois c’est difficile de se relever.
    Y’a t-il un site ou on peut trouver les plus haut teneur en GMS?

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Vero,
      Ce que vous décrivez est un véritable témoignage et je vous remercie de nous le partager. Je sais quels ravages peut faire le glutamate et les personnes qui continuent à nier ces effets sont vraiment dans l’erreur. Je dirais que vous avez presque de la chance d’être allergique parce que cela vous oblige à le fuir comme la peste alors qu’il attaque certains organismes sans que les effets soient décelables.
      Restez attentive à mes parutions. Je vais publier d’ici quelques jours un article détaillant les produits qui contiennent du glutamate et quelques conseils pour les repérer.
      A bientôt !
      Bernadette GILBERT Articles récents..Comment j’ai guéri mon addiction au sucre : en décodant ses causesMy Profile

      Répondre
  • Benoit

    Apparement le glutamate existerait aussi de façon naturel dans certains aliments comme les tomates, les champignons…? Est ce vrai? Doit-on restreindre notre consomation de ces aliments?

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Benoît,
      Pas du tout ! Le glutamate est un neurotransmetteur excitateur du système nerveux central. C’est seulement l’excès d’apport d’acide glutamique que celui-ci peut sur-stimuler les neurones et entraîner leur mort.
      On emploie le glutamate de sodium pour renforcer le goût naturel des aliments et exciter les papilles gustatives. Cette démarche est artificielle, utilisée dans tous les aliments où l’on cherche à économiser l’apport de saveurs naturelles et non pour donner une saveur comme le fait le glutamate naturel.
      Le glutamate naturel se retrouve non seulement dans les tomates et les champignons, mais aussi dans les asperges, la viande, les produits laitiers, le parmesan ou le poisson. Dans la cuisine asiatique traditionnelle et respectueuse de la pureté des saveurs, on utilise ces ingrédients pour réaliser les bases de bien des plats.
      Les tomates et les champignons vous apporteront leurs trésors de bienfaits (préférez-les bios !) et il serait dommage de s’en passer dans une alimentation équilibrée et variée !
      Bernadette GILBERT Articles récents..Mousse au chocolat maisonMy Profile

      Répondre
  • Loli

    Merci pour l’information. Il y a quelques années déjà que j’essaie de combattre le phénomène chez moi à la maison. Faut savoir qu’ici en Afrique ou rien n’est contrôlé, un nombre considérable de bouillons nous envahit chaque jour. Chez moi tout le monde en consomme malgré mes sensibilisations, rien à faire. Et quand on met plein de ses exhausteurs dans le repas familial, que faire ? C’est vraiment flippant

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Loli et merci pour ce témoignage. Pour avoir longtemps vécu en Afrique, je connais bien ce problème de l’envahissement des produits occidentaux, les plus mauvais en tête ! La seule solution, c’est de cultiver le plus possible vos propres légumes et de faire vos propres bouillons. Revenez aux produits locaux : ils vous offrent l’avantage d’avoir mûri au soleil et de ne pas être dégradés par les cultures industrielles. Mais surtout, ne vous découragez pas : en mangeant varié, équilibré, frais et coloré, vous vous protégez en grande partie contre ces poisons.
      Puis-je vous demander dans quel pays vous êtes ?

      Répondre
    • Eléonore Ouemba

      Bonjour Loli
      je suis Sénégalaise et je vis en Guyane. En tant que naturopathe, je crie à qui veut l’entendre les dangers des bouillons.
      Il est vrai qu’il est difficile pour les africains d’abandonner les bouillons,la question qui se pose est: comment donner de la saveur à notre cuisine sans ces bouillons qui font partis intégrante de nos habitudes culinaires.
      J’ai découvert un exhausteur de gout naturel à travers l’Eau Kangen. Et durant mon séjour au Sénégal nous avons réussi un exploit considérable: Des ateliers cuisines organisés par un collectif de femme ont prouvé qu’il était possible de bien manger sans s’empoisonner. Et ce, avec des ingrédients simples et naturels. Malheureusement la plupart des personnes n’ont pas les moyens de posséder la machine qui produit de l’eau Kangen mais une prise de conscience a été engendrée et les retours que j’ai aujourd’hui sont positifs. Il ne faut pas abandonner ce combat, il existe des moyens de nous protéger de ces poisons que l’on nous propose ! L’eau Kangen permet à notre corps de lutter contre ces agressions extérieures, nous débarrasse des déchets acides et des toxines dues à l’alimentation, la pollution, le stress ect La consommation d’eau Kangen au quotidien, nous amène insidieusement à consommer les aliments bénéfiques pour notre santé et à bannir littéralement ceux qui nous rendent malades ! Des naturopathes et médecins de premier plan recommandent aujourd’hui de consommer cette eau et comme le dis le Dr Shynia inventeur de la coloscopie en 1968 le mieux que l’on puisse faire pour sa santé est d’abord une bonne alimentation et ensuite est de boire de l’eau kangen!
      le site http://www.kangen-afrique.com vous en dira plus à ce sujet
      Très belle journée et merci….
      Eléonore Ouemba Articles récents..Changez votre eau, changez votre vie !My Profile

      Répondre
      • Bernadette GILBERT

        Bonjour Eléonore et merci pour ces belles informations que vous nous offrez !
        Mon avis sur l’eau Kangen est plus nuancée que la vôtre. Je ne nie pas ses bienfaits, quoique certains me semblent très peu scientifiquement défendables, mais je pense qu’il est dangereux de faire croire que cette eau va résoudre les grands problèmes de santé et plus particulièrement en Afrique.
        Vous le dites bien d’ailleurs : le plus important est de soigner son alimentation et d’éviter de consommer des produits industriels très peu adaptés à l’alimentation locale.
        Je tiens à préciser que l’eau Kangen est produite par un appareil qui coûte très cher : il faudrait plusieurs générations d’économies pour que l’Africain moyen puisse enfin se l’offrir ! Vous le dites vous-même. De plus, l’inventeur et le distributeur sont japonais et je rappelle que c’est eux aussi qui inonde la planète de glutamate. Tout n’est pas recommandable parce qu’il vient du Japon et je sais de quoi je parle…
        Par contre, vous parlez des ateliers de cuisine et je trouve cette initiative merveilleuse parce qu’elle apprend aux femmes à changer leurs habitudes alimentaires en fonction de leurs moyens et en les mettant en garde contre les produits qui viennent du monde occidental (ou maintenant oriental) et qui ne sont pas destinés à leur faciliter la vie, mais plutôt à dégager des bénéfices colossaux pour les fabricants…
        Merci Eléonore pour ce magnifique témoignage. Continuez à nous informer au sujet de ces femmes qui veulent apprendre comment mieux nourrir leur famille. En Afrique, les femmes sont plus précieuses que partout ailleurs !
        Bernadette GILBERT Articles récents..Lait d’amandesMy Profile

        Répondre
  • Wei

    Bonjour,
    Etre à contre-courant des tendances c’est une chose.
    Ignorer totalement la science pour faire passer des théories farfelues, c’en est une autre.
    Puisque vous aimez tant la cuisine, je vous invite à prendre un cours de chimie (c’est la même chose).
    Votre croisade contre la malbouffe est parfaitement louable, mais une grande partie de vos arguments ne tiennent pas debout.

    Vous présentez, sans citer aucune source, des soi-disant faits et études qui présentent pêle-mêle le glutamate, la cystéine, la sérotonine… comme de dangereux poisons.
    Dois-je vous rappeler que ce sont des acides aminés naturels et que sans eux, nous ne serions pas en vie ?
    Tout est question de dose… l’eau aussi peut vous tuer, si vous en consommez trop. L’eau pure (sans les sels minéraux donc) est néfaste pour l’organisme.

    Ensuite… le MSG n’est pas une gélatine. Le glutamante estjJuste l’un des nombreux constituants des gélatines.
    Le MSG n’est pas une maltodextrine, absolument rien à voir (ce sont des molécules totalement différentes).

    Le glutamate naturel et le glutamate de synthèse sont la MEME molécule. Il n’y a AUCUNE différence (là encore, je vous invite à prendre un cours de chimie).
    Le MSG, quand vous l’ingérez, se dissocie en glutamate (je le répète, identique au naturel et absolument indifférenciable par l’organisme) et en sodium. Evidemment, les deux, pris en excès, sont mauvais pour la santé.

    Bref, je m’arrête là.
    Si vous voulez combattre le lobby agro-alimentaire, utilisez de bons arguments.

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Bonjour Wei et merci pour les quelques précisions que vous apportez. Je ne suis absolument pas intéressée à suivre un cours de chimie et n’ai jamais eu la prétention de fournir des informations hautement scientifiques. Mes informations sont le fruit d’une recherche intensive sur le Net, puis d’une synthèse personnelle et j’emploie d’ailleurs très souvent le conditionnel.
      Je ne pense pas avoir jamais affirmé que la cystéine et la sérotonine étaient des poisons !… Mais, ce ne serait pas, en soi, une aberration parce que vous savez comme moi que tout peut devenir poison dans certaines circonstances.
      J’ai retiré deux autres informations après vérifications : la gélatine (qui n’est pas du glutamate, mais en contient, comme vous le dites bien) et la maltodextrine. Merci à vous pour ces ajustements !
      Par contre, quand vous dites que le glutamate naturel et le glutamate de synthèse sont la même molécule, je réagis. Parce que c’est là l’argument de son utilisation par l’industrie agro-alimentaire et cette seule affirmation donne un petit air de rien à la consommation abusive du glutamate. Le problème est bien là : puisque notre organisme contient du glutamate à l’état naturel, quel mal y a-t-il à en consommer du synthétique, d’autant qu’il est de même nature ??? Or, le danger réside dans le fait qu’il est partout, dans tout et que nous en ingérons des quantités réellement dangereuses pour notre santé.
      Enfin, je n’ai pas entamé un combat contre le lobby agro-alimentaire. Mon objectif est bien plus modeste que cela. Je suis l’auteure et la propriétaire d’un blogue sur lequel je m’efforce d’informer simplement des lecteurs intéressés par une alimentation santé sans pour autant connaître les détails des pourquoi et des comment. Le message ici est simple : évitez le glutamate et les additifs alimentaires en général parce qu’ils provoquent une foule d’effets incontrôlables que l’industrie agro-alimentaire n’a aucun intérêt à supprimer ou interdire.
      Si j’ai pu heurter vos connaissances scientifiques, je vous prie de m’en excuser. Je peux parfaitement comprendre que, de spécialiste, vos oreilles vous chauffent lorsque vous lisez des « erreurs » scientifiques et celles-ci ne devraient d’ailleurs pas être ! Je vérifie longuement mes informations, cite mes sources principales (livres ou sites complémentaires) et laisse ensuite à chacun la liberté de prendre ou non l’information. Mais il peut, bien entendu, rester des erreurs qu’il est tout à fait opportun et légitime de corriger !
      Les commentaires sont là pour ça, pour vous ! Ils permettent de nuancer, compléter, contredire, approuver, que sais-je ? Le blogue est une plateforme d’échanges dont j’alimente les sujets, absolument pas une compilation de documents scientifiques. Je tiens plus à mon identité d’information générale, d’avis alternatif de santé et de pistes intéressantes, variées et simples pour l’améliorer par l’alimentation !

      Répondre
      • Manger tue

        Bonjour Bernadette,

        C’est par hasard que je suis tombé sur votre site et cet article, et je dois dire que l’idée de retrouver les mêmes grandes conclusions m’est très agréable.

        Il est triste qu’aujourd’hui vraiment peu de gens s’intéressent à ce qui ce passe dans nos assiettes, vous soulignez bien le fait qu’il s’agit, ici comme pour d’autres choses, d’un poison lent.
        Et pourtant il ne viendrait à l’esprit de personne d’habiter dans un bâtiment en amiante près de Tchernobyl (ou encore Fukushima)…

        Aussi, je pense qu’il serait nécessaire d’insister sur l’aspect prix qui demeure un facteur essentiel.
        Oui, manger des aliments a un prix. Si personne n’est prêt à le mettre, nous aurons droit inévitablement au phénomène de sélection adverse (voir le marché des lemons d’Akerlof).
        Après il n’est pas question non plus de ne vivre que de nourriture « biologique » (de nombreux abus existent ex : produits titrés « sans GMS » et on y retrouver l’extrait de levure) mais quand on voit à quel point les gens rechignent à payer des centimes/unités de plus alors qu’ils achètent le dernier produit high tech pour remplacer celui qu’ils ont changé le mois dernier…triste pour ne pas dire un autre mot.

        J’attends avec impatience de lire vos articles détaillés sur l’aspartame, les huiles raffinées/hydrogénées, les produits miracles etc

        Quant à Wei et futurs détracteurs,
        Merci pour cette si AGRÉABLE participation, c’est si simple de dénigrer toute une réflexion sur quelques points que seuls des initiés peuvent comprendre.
        Nous sommes disposés à être corrigés et comprendre nos erreurs alors n’hésitez pas à nous EXPLIQUER et à FOURNIR vos SOURCES.

        Bref je m’arrête là.
        Si vous souhaitez contribuer, faites le sérieusement.

        Répondre
        • Bernadette GILBERT

          Merci pour ce commentaire qui nous dit bien que le prix que nous payons à manger mal, à rechigner à la dépense pour de bons aliments est exactement ce qui nous rend malades ! Et ce que veulent les industries agro-alimentaires et les tenants de la bourse mondiale !
          L’effet « lemons », dont vous parlez, en termes d’alimentation, ce serait les produits de malbouffe, de fast-food et autres produits industriels qui nous empoisonnent à petit feu et finissent par nous coûter bien plus cher que si nous avions un peu plus sagement investi dans une nourriture saine et sensée. Ce qu’on oublie souvent, c’est que cette nourriture « bio » ou du moins « raisonnable » est bien plus rassasiante et qu’elle nous rend plus productifs parce que bien plus performants. Nier ça, c’est nier l’évidence !
          Tout est un choix de vie et nous sommes libres d’accepter ou de refuser l’aliénation à un marché mondial qui pervertit la planète et corrompt l’individu. C’est un désastre dont nous ne sommes pas obligés d’être complices !!!
          Il n’en reste pas moins qu’il est souvent plus facile de suivre la masse et la tendance et de se croire rassurés par l’information officielle…

          Répondre
          • Manger tue

            Le market of lemons d’Akerlof c’est :

            sur un marché d’occasion, des vendeurs vendent des voitures au prix qu’ils le souhaitent. Ces propriétaires savent évidemment si l’état de leur voiture vaut vraiment le prix auquel ils la mettent en vente. Cette donnée est bien entendu absente pour les acheteurs qui ne voient que le prix de vente.
            On pourrait croire qu’une voiture vendue chère est de meilleure qualité que celle vendue à moindre prix, malheureusement on ne pourra empêcher certains de vouloir de l’argent facile en vendant cher une voiture pourrie.

            Les acheteurs conscients de cette pratique se disent donc qu’il convient d’acheter une voiture à bas prix, au moins il en auront pour leur argent : c’est à dire pas beaucoup.

            Ainsi dans ce marché où l’asymétrie d’information domine, les bons acteurs (vendeurs de bonnes voitures) sont chassés car ils ne braderont pas leur bien tandis que les mauvais vendent leurs produits. (mécanisme de sélection adverse)

            En théorie, ce problème se résout grâce au signal (théorie développée par Spence), payé par les bons acteurs qui leur permet de se démarquer des mauvais qui ne peuvent reproduire ce signal.

            En pratique, c’est plus compliqué : la publicité est elle un signal? Elle se paye oui mais quand on voit qu’elle prône d’aller au macdo&co…

            C’était l’explication économique du jour, j’espère que c’est compréhensible !

            Et pour finir, ce n’est donc pas qu’une question de prix, mais aussi d’informations -ce dont ce blogue regorge- !

          • Bernadette GILBERT

            Merci beaucoup pour ces explications. Oui, elles sont claires et disent bien qu’une publicité n’est pas une information… mais juste un acte commercial destiné à faire acheter.

  • Joana

    Merci beaucoup pour ces informations bien utiles. Sans être extrémiste, vous nous passez là un message à contre-courant des tendances. Ce qui me fait peur, c’est le poids de les lobby de l’industrie agroalimentaire !

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Avec grand plaisir et merci à vous, Joana ! Vous avez raison, le message tient tête aux tendances parce qu’il faut savoir que la tendance, justement, est un peu à l’abêtissement de la population dans le but de la rendre complètement dépendante d’une pensée unique. Mais nous restons, en tant qu’individus, libres de ne pas rentrer dans le moule et de résister. L’industrie agroalimentaire a pris une place considérable dans notre société, mais il y a aussi de plus en plus d’agriculteurs qui s’essaient au bio, à l’agriculture responsable, à l’élevage respectueux de l’animal… C’est à nous à les soutenir le plus possible.

      Répondre
      • Jean-Philippe Trieu

        Chère Bernadette,

        Nous venons d’ouvrir un Bistrot Vietnamien dans le 17ème Arrondissement et nous faisons une guerre sans merci contre le glutamate. Produit avec lequel nous avons été élevé par nos Parents (Vietnamiens tous les 2), à leur décharge le manque d’information volontaire des pouvoir publiques sous la pression des industriels de l’alimentaire.
        Nous souhaiterions participer activement à la diffusion de cette information et notamment auprès de la communauté asiatique, absolument hermétique à ces informations.

        Bien a vous et encore merci pour toutes ces explications concernant ce poison.

        Répondre
        • Bernadette GILBERT

          Bonjour Jean-Philippe,
          Oh, que j’aimerais pouvoir venir un jour manger chez vous ! D’abord parce que je trouve toujours sympathique l’initiative d’ouvrir un restaurant et puis parce que si vous offrez des recettes vietnamiennes, je vais adorer. Et surtout si vous vous singularisez en refusant l’utilisation du glutamate !!!
          Je ne manquerai pas de diffuser cette information et vous enverrai, autant que faire se peut, du monde très intéressé à manger asiatique sans glutamate.
          Bravo pour cette campagne.
          Samedi dernier, je suis allée avec une amie manger dans un restaurant chinois du centre ville à Montréal et bien que cette amie m’ait affirmé qu’ils cuisinaient sans glutamate, je la pense un peu naïve… Non seulement, j’ai eu bien du mal à digérer, mais je me suis sentie fatiguée et j’ai eu mal au ventre durant près de 24 heures ! Comme vous le dites, à leur décharge, le manque d’information… Je suis certaine qu’ils cuisinent comme les autres avec du glutamate et ne comprennent pas pourquoi les gens s’en émeuvent; donc, ils nient. Tant que cet additif sera légal, c’est ce qui se passera.
          Encore bravo à vous et, qui sait, au plaisir un jour de vous connaître et de découvrir votre Bistrot. Pourriez-vous nous en donner l’adresse ? S’agit-il de « Aname » ?
          Merci et à bientôt !
          Bernadette GILBERT Articles récents..Granola de sarrasin aux noix santé et maisonMy Profile

          Répondre
          • Jean-Philippe Trieu

            Chère Bernadette,

            En effet le restaurant s’appelle ANAME et se trouve dans le 17ème arrondissement de Paris au 101 rue Nollet. Ce serait un plaisir de vous recevoir si vous voyager jusqu’en France et échanger nos points de vue. Nous avons de plus en plus de Monde sensibilisé au problème du Glutamate et pour ceux qui ne connaissent pas nous leur expliquons en leur montrant un paquet de Glutamate que nous avons acheté.

            Peut etre a bientot.

      • lereau

        Nous aurons beau vouloir aller dans le bon sens ,nos politiques s’arrangerons que le bio ne soit pas a la portée de tous,et si les petites gens ne mangerons pas bio le monde continuera a s’empoisonner et nous tous avec,sauf ceux qui pourrons aller sur mars mais excusez de dire cela ,j’espère qu’il creverons la haut car des humains qui n’ont aucun scrupule a empoisonné dans le but de s’enrichir a milliard ne mérite pas de vivre.

        Répondre
        • Bernadette GILBERT

          Bonjour Lereau,
          Vous êtes dur, dans vos propos, mais quelquefois, une prise de position marquée peut faire avancer les choses. Le plus important, c’est que chacun, dans notre petit coin, nous ayons des comportements respectueux. C’est l’exemple qui peut opérer les meilleurs changements…
          A bientôt !

          Répondre
          • Gabrielle

            Cet article manques légèrement de sérieux. De la maltodextrine est un sucre rien à voir avec la glutamine (MSG), une acide aminé naturellement présente dans les champignons, plusieurs plantes et produite par les levure lors de la fermentation. Une campagne de peur pour quelque chose que l’on ne comprend pas n’est pas une solution pour informer les gens. Des études SCIENTIFIQUE sur l’effet du glutamate en grande quantité dans l’alimentation pourrait s’avérer d’un plus grand intérêt qu’un article mal informé. La sur-transformation subie par les aliments est un problème en sois mais il est difficile de mettre un seul ingrédient sur le banc des accusé.

          • Bernadette GILBERT

            Bonjour Gabrielle et merci d’avoir donné votre avis.
            Il n’a jamais été dans l’intention de cet article de mettre un seul aliment sur le banc des accusés, mais le glutamate, un additif alimentaire parmi d’autres !
            Par ailleurs, je n’ai absolument pas la prétention de pouvoir réaliser une étude scientifique et si celle-ci peut s’avérer en effet, du plus grand intérêt, elle ne pourra en aucun cas ni être faite par moi ni être reçue comme la dernière et seule preuve des dangers du glutamate.
            Enfin, notre corps produit des tas de substances actives, ce qui ne signifie pas pour autant qu’il soit capable d’ingérer celles-ci quand elles lui viennent de l’extérieur…
            Je persiste et signe et vous invite les quelques témoignages présents dans les commentaires à propos des effets du glutamate. Ils devraient vous faire oublier une éventuelle petite erreur dans la rédaction de l’article.
            Je profite de cette réponse pour vous rappeler que mon objectif n’est pas de dire aux gens ce qui est bon ou mauvais pour eux, mais de faire la synthèse des informations qui parsèment le Net ainsi que d’aider les gens à retrouver une alimentation plus naturelle et plus responsable. Et je n’ai pas d’autre ambition.
            Merci de votre compréhension et, je l’espère, à bientôt !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

© 2011-2013 Cuisine Santé-Saveur-Satiété© , tous droits réservés.

X

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.