http://googletranslate.webeden.co.uk

Que 2014 soit pour vous une belle et enrichissante année !

Vous êtes ici:Accueil » Articles » Nucléaire, grippe et bactéries…

Nucléaire, grippe et bactéries…

Cette semaine, je vous propose un article très intéressant de Jean-Jacques Crèvecœur qui, comme on le sait, s’est engagé dans un combat contre la désinformation, la manipulation, l’intoxication dans un domaine aussi important que la santé. jjc-2008-nl04.jpg

Je pense, comme Jean-Jacques, que nous sommes nourris par des médias qui se targuent de nous informer quand ils nous déforment, de nous instruire quand ils nous abêtissent et de nous ouvrir au monde libre quand ils nous enferment dans des stéréotypes.  L’économie qui sous-tend toute cette manipulation est puante et malsaine.  Il faut que nous restions sur nos gardes et que nous soyons capables de faire nos propres analyses, de choisir la prévention plutôt que le système de santé, de nous ouvrir à d’autres lectures du monde qui nous entoure.Je vous invite à lire l’article invité et publié par Emmanuelle Labat sur son blog spécialisé dans les voyages spirituels : L’Humanifeste de Jeff Brown – Une âme, une mission.  De toute beauté !

La présente paranoïa qui règne par le biais des concombres-tueurs, des germinations-génocidaires, des bactéries-serial-killers est un parfait reflet de la nourriture médiatique empoisonnée que nous recevons.  Nous avions déjà été abreuvés par les dernières campagnes de vaccins sans lesquels, soi-disant, nous vivions à haut risque mortel.  Et quand il y a réellement menace, quand l’empire économique met vraiment et concrètement nos vies en danger, là on nous rassure à grand renfort de mensonges et de propos lénifiants pour mieux laisser cette économie fonctionner et nous empoisonner.  C’est de la malbouffe à l’état pur !

Je vous propose de prendre un moment de votre précieux temps pour lire l’article qui suit.  S’il est long, c’est parce que Jean-Jacques est prolifique et très documenté ! Cet article est riche et tellement nourrissant pour notre santé intellectuelle ! Une cuisine des mots et des faits à graver dans nos mémoires…   Merci Jean-Jacques !

Vous trouverez ici une biographie de Jean-Jacques Crèvecœur ainsi que le détail de sa bibliographie et de ses actions.

 

Bonjour
Non, ne comptez pas sur moi.
Ne comptez pas sur moi comme vous l’avez fait en automne 2009, lorsque je me battais contre les projets de vaccination massive obligatoire contre la grippe H1N1.
Ne comptez pas sur moi pour mener un nouveau combat contre le nucléaire, suite aux événements catastrophiques qui ont lieu à Fukushima Daiishi.
Pourquoi ? Parce que ce combat que j’ai mené il y a près de deux ans m’a coûté très cher. Très cher en temps, très cher en énergie, très cher en argent, très cher en réputation, très cher psychologiquement, très cher émotionnellement, très cher spirituellement. Je savais intellectuellement que lorsqu’on lutte CONTRE ce qui nous semble le mal, on devient semblable à ce mal qu’on combat. Je le savais intellectuellement, mais je ne l’avais pas ressenti dans ma chair.
Avec le recul de ces dix-huit derniers mois, j’ai compris qu’une facette de mon action avait été très utile à des centaines de milliers de personnes qui ont reçu l’information dont elles avaient besoin pour prendre la décision de ne pas se faire vacciner avec ce vaccin dangereux et parfois mortel. Mon action (et celle des autres militants) a été utile pour faire reculer les gouvernements dans le projet de vaccination obligatoire (j’avais reçu la confirmation confidentielle de la part de militaires qu’ils attendaient les ordres pour encadrer par la force les opérations de vaccination – heureusement, ces ordres n’ont jamais été donnés, finalement, par crainte d’une guerre civile dans nos pays).
Par contre, une autre facette de mon action (celle où mes émotions ont pris les commandes de mes messages) a alimenté ce que je voulais combattre. Et ça, je ne suis pas près d’oublier la dure leçon de vie qui fut la mienne…
Néanmoins.
Je suis frappé de constater qu’une fois de plus, les industries et les gouvernements confirment leur sainte alliance avec les grands médias pour protéger leurs intérêts, en se moquant totalement de nos vies, de notre santé et de notre intégrité physique.

fukushima4-3-2-1.jpg
Je le répète. Je n’ai vraiment plus l’intention de partir en guerre contre qui que ce soit. Et je n’ai pas l’intention d’y passer des heures. Il me suffit de poser quelques questions, de vous transmettre quelques références informatives (pour vérifier le contenu de mes questions) et de vous laisser tirer vos propres conclusions. Voici les questions que je me (vous) pose :

  • Pourquoi les médias ont cessé de nous informer dix jours après la catastrophe nucléaire de Fukushima, alors que la situation là-bas ne cesse de s’aggraver ?
  • Pourquoi une des premières décisions prises par les autorités de santé publique a été de relever le niveau des doses acceptables qu’une population peut encaisser ? Comme si l’imminence de la catastrophe avait tout à coup rendu nos organismes plus résistants à la radioactivité…
  • Pourquoi les autorités de santé publique et les gouvernements ont-ils donné l’ordre de ne plus publier les mesures de radioactivité depuis fin mars ?
  • Pourquoi ces mêmes autorités ont-elles donné l’ordre d’arrêter de mesurer le taux de radioactivité dans l’hémisphère Nord, alors que nous payons avec nos impôts, les stations de mesure ?
  • Pourquoi nous a-t-on caché pendant deux mois et demi que les cœurs des réacteurs 1, 2 et 3 avaient fondu dans les heures et les jours qui ont suivi le 11 mars dernier, alors que plusieurs experts indépendants l’annonçaient dans les jours qui ont suivi la catastrophe ?
  • Pourquoi aucun conseil de protection ne nous est donné de la part des autorités de santé publique, à nous qui sommes concernés par la contamination de l’air, du sol et de l’eau ?
  • Pourquoi ne nous dit-on pas que, chaque fois qu’il pleut, nous devrions éviter de sortir, ou alors, utiliser un large parapluie pour ne pas ramener chez nous, de l’eau et des particules contaminées ?
  • Pourquoi presque aucun média n’a révélé que, dès la fin du mois de mars, le lait de plusieurs états américains avait un taux de radioactivité anormalement élevé (depuis lors, les mêmes constats ont été faits en France) ? En nous expliquant que la pluie avait contaminé l’herbe des prés broutée par les vaches…
  • Pourquoi ne nous révèle-t-on pas que la mortalité des bébés a brusquement augmenté ces deux derniers mois, dans les états de l’Ouest américain ? À Philadelphie, par exemple, la mortalité a augmenté de 48 % en un mois, à cause du lait contaminé et de l’eau contaminée du robinet… (référence)
  • Pourquoi ne nous dit-on pas que les centaines de milliers de tonnes d’eau déversées sur les réacteurs sont sur le point de déborder des sous-sols des centrales, et donc de contaminer encore davantage la région, les nappes phréatiques et l’océan ? Et que les Japonais n’ont aucune solution pour régler ce problème…
  • Pourquoi nous fait-on croire que la situation est sous contrôle, alors que les déversements d’eau n’ont fait que retarder le moment où une explosion majeure surviendrait ?
  • Pourquoi ne nous dit-on pas que le bâtiment numéro quatre est sur le point de s’effondrer, avec les risques de relâcher dans l’environnement, d’énormes quantités de plutonium capables de rayer le Japon de la carte pour 100.000 ans (référence) ?
  • Pourquoi toutes les vidéos d’un ressortissant français vivant au Japon ont-elles été supprimées de son compte Youtube depuis ce lundi 20 juin ? Il faut préciser qu’Alex mettait une vidéo quasi-quotidienne sur Youtube pour informer de la situation vécue depuis le Japon. Jusqu’à présent, ses vidéos étaient vues par deux à quatre mille personnes. Sa vidéo de ce week-end, dans laquelle il exprimait sa colère et son désespoir avait déjà reçu 67.000 visiteurs en 48 heures, au moment où son compte a été fermé ! Liberté de l’information, vous dites ? Heureusement, des internautes malins avaient eu la bonne idée de copier sa vidéo et de la remettre en ligne.

Une petite dernière, juste pour la route !

  • Pourquoi l’administration Obama vient-elle de donner l’ordre d’interdire le survol de la centrale de Fort Calhoun (Nebraska) par les avions de tourisme et les hélicoptères, empêchant les journalistes d’informer la population par la situation très préoccupante qui s’y déroule suite aux inondations provoquées par le débordement du Missouri ?
  • Pourquoi cette même administration a-t-elle ordonné qu’aucune information sur la situation périlleuse de la centrale ne soit divulguée (voir photo ci-dessous) ?

fortcalhoun.jpg
Voici quelques références à partir desquelles vous pourrez faire vos propres lectures. J’ai mis ces références sur mon site Internet, dans un dossier nucléaire. Chaque fois que je verrai passer un article de synthèse, je l’ajouterai sur mon propre site.
J’y ai passé une petite centaine d’heures, pour me faire une opinion personnelle, en vérifiant à chaque fois quel était l’intérêt de la personne qui parlait. C’est intéressant de remarquer que tous les experts indépendants, sans exception, sont critiques et inquiets de ce qui se passe et des conséquences pour l’environnement, la santé des populations et l’avenir de la planète. Par contre, aucun expert travaillant pour l’industrie du nucléaire, aucun gouvernement impliqué fortement dans le nucléaire (comme la France et les USA) n’est inquiet de ce qui se passe. Au contraire, ils réaffirment, haut et fort, que le nucléaire est irremplaçable, sûr et même bon pour lutter contre le réchauffement climatique… Alors, de quoi nous plaignons-nous ?
À vous de réfléchir à ce qui se passe dans notre monde.
À vous, à présent, d’oser sortir de votre naïveté à propos de la manière dont le monde fonctionne et est dirigé.
Croyez-vous franchement que les médias ont pour mission de nous informés ? Le croyez-vous vraiment ?
Croyez-vous franchement que les industries se préoccupent de notre bien-être, de notre santé, de notre vie ? Le croyez-vous vraiment ?
Croyez-vous franchement que les gouvernements sont là pour défendre les faibles que nous sommes contre les puissants de ce monde ? Le croyez-vous vraiment ?
C’est plus fort que moi. Mais je ne peux pas m’empêcher de faire un parallèle très simple avec l’affaire de la grippe H1N1.

  • Pour la grippe, il n’y avait aucun danger de pandémie. Des experts, comme le professeur Debré l’ont dit et répété dès juillet 2009. On voyait bien que dans l’hémisphère Sud (en plein hiver entre juin et septembre 2009), il y avait moins de morts que les autres années, malgré le fait qu’ils ne disposaient pas du vaccin salvateur… Malgré l’absence de danger, les médias ont entretenu un climat de peur quotidiennement depuis le 25 avril 2009 jusqu’au 15 décembre 2009 ! Quotidiennement. Avec quoi comme résultat ? 17.000 morts de la grippe en un an (contre 250.000 à 500.000 morts annuels dus à la grippe saisonnière), c’est-à-dire rien du tout !
  • Pour Fukushima et Fort Calhoun, il y a un vrai danger. Des milliers de kilomètres carrés sont déjà perdus pour des centaines d’années au Japon. Les bébés meurent aux USA, les produits laitiers sont contaminés, des centaines de millions de litres d’eau sont contaminées dans les sous-sols des centrales et dans l’océan. Des particules radioactives sont rejetées dans l’atmosphère en continu depuis trois mois. Que font les médias ? Rien. Ils ne disent rien.

Mon commentaire : pour la grippe H1N1, il fallait que les médias amplifient la peur face à un danger inexistant pour servir les intérêts d’une industrie en perte de vitesse (les compagnies pharmaceutiques). Pour Fukushima et Fort Calhoun, il faut que les médias se taisent face à un danger bien réel pour servir les intérêts d’une industrie en perte de crédibilité et de contrôle (le nucléaire).
Vous voulez un autre parallèle ?

  • Pour la grippe, l’OMS a abaissé ses critères de seuil de pandémie le 29 avril 2009 (quatre jours après la première alerte). Ce qui lui a permis de déclarer que la pandémie avait atteint le niveau 6 (le plus élevé) le 11 juin 2009, déclenchant automatiquement l’exécution des contrats qui avaient été signés quatre ans auparavant entre les gouvernements et les compagnies pharmaceutiques. Dans ces contrats, il était spécifié que si l’OMS déclarait une pandémie de niveau 6, les gouvernements s’engageaient automatiquement à commander les vaccins pour lutter contre cette pandémie.
  • Pour Fukushima, l’OMS et les autorités sanitaires ont relevé les seuils acceptables d’irradiation des populations et des travailleurs du nucléaire. Ce qui permet de ne pas être obligé d’ordonner des évacuations massives des populations, puisque ces nouveaux seuils ne sont pas atteints !

Mon commentaire : les notions de seuil biologique et les critères d’acceptabilité ne sont pas déterminés sur base médicale ou biologique, mais bien sur des bases politiques, économiques et financières.
Un dernier parallèle ?

  • Pour la grippe, les experts qui se sont prononcés en faveur de la vaccination et qui ont défendu la réalité de la pandémie étaient tous payés par les compagnies pharmaceutiques qui fabriquaient les vaccins. Ceux qui se sont prononcés contre la vaccination et qui ont dénoncé la manipulation des chiffres, des faits et de l’information n’avaient rien à gagner, au contraire (je suis bien placé pour en témoigner). Mais ce sont ces derniers qui se sont faits traités de menteurs, de conspirationnistes, de théoriciens du complot, de gourous de sectes, et j’en passe. Jusqu’à ce que quelques équipes de journalistes viennent confirmer ce qu’ils disaient, mais avec six à neuf mois de retard… Quand les caisses des compagnies pharmaceutiques étaient bien remplies et lorsque des milliers de personnes souffraient des effets secondaires du vaccin (décès, paralysies, neurodégénérescences, narcolepsies, malformations cardiaques chez les nouveaux-nés, etc.).
  • Pour Fukushima, les experts qui prennent la parole pour nous rassurer sur la sécurité du nucléaire, sur l’inocuité des rejets de Fukushima et sur la maîtrise de la situation sont, comme par hasard, tous payés par l’industrie du nucléaire. Ceux qui dépensent leur énergie sans compter pour relayer les quelques informations disponibles dans le monde n’ont rien à gagner, de nouveau. Pourtant, il suffit de se balader quelques minutes sur les forums pour voir comment ils se font agresser par ceux qui refusent de voir. Pendant ce temps-là, les bébés commencent à mourir dans l’Ouest des États-Unis…

Mon commentaire : tout est dit, c’est bien l’argent qui mène le monde.
Si j’en avais le temps, je recommencerais une même analyse approfondie à propos d’autres événements que nous vivons ou que nous avons vécus. Je vous inviterais à réfléchir, par exemple, à ce qui se cache derrière la bactérie E-Coli qui, soi-disant, provoque une hécatombe en Allemagne. Comme pour le virus de la grippe A H1N1, cette bactérie est jugée par les microbiologistes comme une impossibilité naturelle. Pour eux, il est impossible qu’une même bactérie soit résistante aux huit classes principales d’antibiotiques connus. Mais qui pointe-t-on du doigt comme responsable présumé de cette hécatombe (vous m’excuserez, mais 39 morts, ça n’a rien d’une hécatombe) ? Une vilaine exploitation fermière de produits biologiques en Allemagne… OUH les vilains qui cultivent encore à l’ancienne ! Mais ne vous en faites pas, les scientifiques ont déjà la solution : il suffira d’irradier systématiquement tous les aliments (comme beaucoup le sont déjà dans l’industrie agroalimentaire traditionnelle). Ainsi donc : adieu le bio, adieu les aliments vivants. Bienvenue dans le monde du tout chimique, du tout irradié, du tout aseptisé.
Cette fois donc, les médias ont intérêt à amplifier la peur pour servir les intérêts des industries agroalimentaires industrielles, promotrices des OGM et de la phytopharmacie.
Conclusion provisoire
Comme je vous le disais en commençant, ne comptez pas sur moi pour repartir dans un autre combat.
Car ce combat, comme tous les autres (gaz de schiste, hold-up des pays et des populations par les banques privées, chemtrails, terrorisme d’état, pseudo-réchauffement climatique, etc.), est inutile.
Pourquoi ?
Parce que toutes ces choses que nous vivons actuellement sont le symptôme de l’ancien monde qui s’effondre.
La logique du nucléaire est en train de s’effondrer et ne se relèvera pas.
La logique pharmaceutique est en train de s’effondrer et ne se relèvera pas.
La logique agroalimentaire est à bout de souffle et ne se relèvera pas non plus.
La logique de concentration financière vit ses dernières heures avant une faillite globale et systémique.
Toutes les logiques fondées sur la préservation des intérêts d’un petit nombre au détriment de l’immense majorité des êtres vivants sur cette planète ont fait du monde un monde pourri.
Le piège dans lequel je me suis pris moi-même fut de croire que ce monde était mon monde. Je croyais que je faisais partie de ce monde, alors qu’il n’en est rien. Je ne partage aucune des valeurs de ce monde-là ; un monde fondé sur l’individualisme, sur la cupidité, sur l’indifférence, sur le cynisme, sur la méchanceté, sur le mensonge, sur la violence, sur l’inconscience. Je ne partage aucune de ces valeurs. Pourtant, je reconnais qu’il y a en moi des zones d’individualisme, de cupidité, de cynisme, de méchanceté, de mensonge, de violence et d’inconscience. Et c’est pour cela qu’un monde pareil peut encore tenir debout, malgré son extrême fragilité.
Depuis que je suis sorti du combat, en janvier 2010, je ne me pose qu’une seule question : COMMENT CRÉER ENSEMBLE UNE MEILLEURE VIE ?
Autrement dit, et si nous laissions ce vieux monde s’effondrer tranquillement, en souhaitant même que les choses s’accélèrent ? Et si nous investissions réellement nos énergies à créer un autre monde. NOTRE monde, celui qui correspond à ce à quoi nous aspirons de tout cœur… Un monde où nous mettrions la conscience au cœur de nos vies, un monde où nous pourrions reconnaître les parts de lumière comme les parts d’ombre qui se trouvent en chacun de nous. Un monde où le respect de la vie, de la nature, de la conscience serait la préoccupation centrale.
En écrivant cela, je suis bien conscient que je n’ai pas de solution concrète à vous partager. Mais sachez que je chemine dans cette voie. J’ai juste l’intuition que ce meilleur monde, c’est ensemble que nous en tracerons les contours et que nous en inventerons les lois. C’est la raison pour laquelle je redouble mes efforts pour incarner dans mon quotidien la voie alchimique, loin de cette dualité BIEN – MAL. J’espère que, vous aussi, vous trouverez la voie qui vous convient pour ne pas vous attacher à ce vieux navire en train de couler et pour sauter, tant qu’il est encore temps.
La seule chose dont je suis certain, c’est que plus nous lâcherons le matérialisme, moins nous subirons les chocs qui nous attendent ces prochains mois. C’est ce à quoi je travaille depuis dix ans maintenant. Je gagne cinq fois moins qu’il y a dix ans, je ne suis plus propriétaire de rien (ni maison, ni voiture), sauf de ma société et de mes ordinateurs, je n’ai plus aucun engagement financier auprès d’aucune institution (j’ai contracté jusqu’à 500.000 euros d’emprunt !). Je me sens prêt et plus léger pour accueillir la vague du changement. Et vous, êtes-vous prêt(e) ?
Restons debout, conscient et sans peur !

Jean-Jacques Crèvecœur
Montréal (Québec)

http://www.jean-jacques-crevecoeur.com






 Vous avez apprécié cet article ? Indiquez-moi juste votre prénom et votre e-mail (courriel) et je vous envoie gratuitement le livre « Les 10 aliments de la bonne humeur et leurs recettes ».

Commentaires (8)

  • Emmanuelle LABAT

    Bonjour Bernadette,
    Merci d’avoir servi de relais en publiant cet article. Il est certain que nous ne sommes pas informés par les pouvoirs publics (d’où l’intéreêt d’Internet à mon avis).
    Dès le moi de mars, mes collègues de la côte pacifique nous alertaient (notre communauté de praticiens en biofeedback quantique utilisant le SCIO) de ce que les appareils étaient en train de montrer sur les taux de réactivité nucléaire (des valeurs de réactipon à la hausse). J’ai à ce moment là publié deux articles sur mes blogs http://www.centrescio.com et http://www.formationquantiqe.com, pour faire le relais. C’est évident que nous sommes tous touchés à l’échelle de la planète et je ne pense pas qu’une personne puisse dire ce qu’il va advenir de nos organismes. Les personnes en bonne santé et ayant dejà changé leur hygiène de vie passent certainement un peu mieux les moments dificiles. Je n’ai pas hésité à aller me baigner en Bretagne. Je fais aussi confiance aux algues qui prédominent un peu notre vie à Roscoff. Quel rôle vont-elles jouer ?
    Je crois que le fait que nous n’ayons pas eu de pluie pendant des semaines a été bénéfique, même si certains agriculteurs n’étaient pas contents (là haut aussi, il faudrait regarder de plus près quelle filière se plaignait: céréaliers bien chimiques et éleveurs peut-être pas très respectueux des animaux, et production de lait de vache). Les lois universelles existent ! Les agriculteurs bio, ne sont pas vraiment plaints, ils ont d’autres pratiques !

    Et je suis bien d’accord qu’il faille mettre son énergie au service de la construction de nouvelles structures et façons de voir et d’être. J’ai eu aussi le sentiment d’être malmenée dans tout ce que j’ai mis en place depuis des années, car peut-être trop avant-gardiste. Avec les blogs nous arriveront à faire circuler l’information, à mettre en valeur les expertises des uns et des autres. Chacun a son rôle à jouer. Et je vous recommande la lecture de cet article qui a pour origine le Canada http://aimaenergy.com/amemission/. Je l’aime vraiment beaucoup ! et confirme que Monsieur Crèvecoeur joue certainement bien sa partition. A lui de le dire !

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Merci pour ce long et très beau commentaire, Emmanuelle ! J’ai lu l’article « Une âme, une mission ». Je vais d’ailleurs en ajouter le lien à cet article de Jean-Jacques parce qu’il m’a beaucoup touchée… Vous parlez d’être malmenée à cause de votre position avant-gardiste ? Tous ceux qui osent faire une lecture différente des événements de la vie, de la planète, de l’être se font éjecter du circuit de la pensée conforme qui met au coeur de tout l’économie, la rentabilité, la mondialisation… Je pense, comme vous, que ce petit chemin commun que nous faisons avec nos blogs qui proposent une vie simplement saine et belle est important et sera fructueux. J’y crois profondément !

      Répondre
  • patricia

    Bonjour et merci pour cet article de qualité. Je suis une admiratrice de Jean-Jacques. Moi je pense que pour que le monde change et soit empreint de respect et d’amour (au sens large), il ne faut pas lutter contre, ni lutter pour d’ailleurs. Je m’explique, si on lutte, on est en guerre, on incite alors le camp adverse a être plus offensif, plus retors, plus rusé, plus défendu. Alors vous me direz, il faut faire quoi ? Et bien je pense qu’il faut oeuvrer pour ce qui nous semble juste. Il n’est pas utile de se dépouiller à mon sens, mais d’utiliser nos ressources matérielles, intellectuelles… pour mettre en oeuvre des actions qui nous semblent utiles, bénéfiques pour soi et pour les autres. Chacun peut le faire à son niveau.

    Répondre
    • Philippe

      D’accord avec toi Patricia, juste une précision, tu dis il n’est pas utile de se dépouiller … je dirais que s’il n’est effectivement pas nécessaire de renoncer au matériel, lequel peut-être fort bien employé dans un but louable, ce serait des « dépendances » qu’il faut se dépouiller, là oui, il faut se libérer de tout ce qui nous attache, nous rend dépendant !

      Répondre
      • Bernadette GILBERT

        Personnellement, Philippe, c’est le mot « dépouiller » qui me gêne un peu et qui gêne un peu ceux qui l’entendent aussi, je pense. C’est un mot qui fait peur, vient chercher nos manques, nos peurs, nos carences, souvent héritées de nos ancêtres, de notre Histoire. J’aime mieux l’expression « se libérer »… parce que ces manques, ces peurs, ces carences nous viennent de notre dépendance, justement ! Merci pour cet éclairage…

        Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Merci pour ce commentaire Patricia. Votre réaction est empreinte de sagesse et de bon sens. C’est exactement ce message-là qu’il faut faire passer : s’établir une éthique de vie noble et respectueuse et agir en conformité avec elle, sans combat, sans affrontement. Eh oui ! chacun peut agir à son niveau !

      Répondre
  • Philippe

    Merci Bernadette pour héberger ce très bon article, et Bravo Jean Jacques pour l’avoir écrit !
    J’aimerais bien publier un démenti aux affirmations de Jean Jacques … malheureusement je ne le ferai pas parce-que je sais qu’elles correspondent à la plus stricte vérité et j’y adhère complètement !
    Le monde est guidé par la soif de toujours plus d’argent et toujours plus de pouvoir au détriment de valeurs comme la compassion, la fraternité, la solidarité (je parle de valeurs, pas de slogans utilisés par des partis politiques)… mais tout ça, ça a ses limites.
    On pourrait ajouter mille autres sujets à l’appui de ce que Jean Jacques nous démontre, comme la faim dans le monde par exemple: notre planète terre a largement de quoi nourrir tous les êtres, le problème n’est pas de produire davantage d’aliments (comme on a longtemps voulu nous le faire croire), mais simplement d’en faire une répartition un peu plus équitable et solidaire!
    Mais c’est seulement quand le malheur ou la douleur nous touchent personnellement que l’on commence à comprendre qu’il faut changer quelque-chose, que l’on commence à avoir un peu de compassion envers ceux qui en subissent les effets, à être un peu plus solidaires … Que feront les actionnaires ou décideurs de ces méga-compagnies alimentaires, pharmaceutiques, énergétiques, etc. quand un désastre touchera leur famille, ou bien pensent-ils encore qu’ils seront à l’abri, que l’air contaminé s’arrêtera à l’entrée de chez eux, que les radiations ne les toucheront pas? Continueront-ils à profiter du pouvoir s’il n’y a plus personne sur qui l’exercer, etc. ?
    Selon les préceptes du Bouddhisme (lequel n’est pas dogmatique), la vie est douleur … mais il y a aussi une bonne nouvelle: il est possible de mettre fin à cette douleur. Comment? Tout simplement en commençant à changer et adopter une juste compréhension, pensée juste, parole juste, action juste, mode de vie juste … entre autres !
    Un mode de vie juste, ça veut notamment dire que si j’ai déjà ce qu’il me faut pour moi et pour les miens, pour aujourd’hui et pour demain, pourquoi vouloir encore plus pensant à après-demain, à après-après-demain etc., alors que aujourd’hui même, tout le surcroît de richesses que je m’approprie inutilement serait nécessité de manière vitale par d’autre êtres?
    Donc oui Jean Jacques, très certainement les valeurs du vieux monde vont probablement s’effondrer mais il y aura malheureusement encore beaucoup de souffrance nécessaire pour que chacun comprenne et veuille opérer de salutaires changements!
    Bravo pour ceux (les changements) que tu prônes, car finalement si l’on se dépossède matériellement (au moins du superflu), et bien on a beaucoup moins à perdre et on devient… plus libre, plus riche! la vraie richesse!!!
    Désolé d’avoir été si long mais vous aurez compris que j’appuie :+)

    Répondre
    • Bernadette GILBERT

      Waw ! Philippe !!! un commentaire à la hauteur de l’article qui s’est vu d’un coup enrichi encore. Merci d’être de ceux qui partagent ce point de vue et s’engagent, ne serait-ce qu’un peu, dans un changement…

      Répondre

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

© 2011-2013 Cuisine Santé-Saveur-Satiété© , tous droits réservés.

More in Articles, Des informations utiles (122 of 131 articles)
X

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.

Retour en haut de la page